TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)
  Le monde selon l'alcool
- Chemtrails : les vignes dégustent ! par Sylvain HAIBON
- Richard Gotainer : La Goutte au Pépère par Justin PETIT-DERNIER
- Sylvain Tesson : voyage au bout de la vodka par Vera GROG
- L'ivresse est chose grave par Renaud MATIGNON
- Soignez-vous par le vin par A. LÉONCE-LABOIE
- Jeu de Paume : Bruno Prats s'exprime par Sylvain HAIBON
- Tegestophile et éthylabelophile par JP JUMEZ
- Vins et restaurants : les retrouvailles par Oscar CABALLERO
- Le climat raconté par le pinot de Bourgogne (Le Figaro)
- Réveillon : tristes tropiques pour Pierre Block par Justin PETIT-DERNIER
- Les Rituels de la Dégustation par Marie-Reine de Jaham
- Yougoslavie : ivres de pouvoir par Jean-Pierre JUMEZ
- Urothérapie : boire en vase clos par Sally O'GOULLOW
- Gouverner pas les bulles du PAF états généraux aux 3 Mailletz
- La vierge et la vigne par Q. SEK
- Edgar Faure, le vin et la verve par Brigitte FOURNAUD
Le climat raconté par le pinot de Bourgogne (Le Figaro)

Les températures observées au printemps et l’été au cours des années 90 n'ont rien d'exceptionnel, mais la canicule de 2003 est unique dans l’histoire locale du climat. Telles sont les principales conclusions d'une étude de chercheurs français consacrée aux dates des vendanges répertoriées en Bourgogne depuis sept siècles, publiée dans la revue Nature (le 18 nov. 2004).

Le ban des vendanges, fixant le début de la récolte, dépend de l'arrivée à maturité du raisin et donc de température des mois précédents. Les auteurs ont choisi de focaliser leur attention sur la Bourgogne parce que la région recense ces dates depuis le XIIIè siècle dans les registres des mairies et des églises. Quant au pinot noir, choisi pour l'étude, c'est le cépage roi de la région, où il a été cultivé sans discontinuité depuis le XIVè siècle.

"Le vin, c’est la lumière du soleil captive dans l’eau"

(Galileo Galilei, dit Galilée)

A l'examen de ces données, largement exploitées par l'historien du climat Emmanuel Leroy-Ladurie, les chercheurs du CNRS, du CEA et de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) ont identifié plusieurs périodes de grosse chaleur entre les années 1370 et 2009.


Ce fut le cas, y compris pendant à période communément appelée « petite-glaciaire » (du XIVè au milieu du XVllè siècle), comme en 1380, où la température a grimpé de 0,72 °C au dessus de celle de la période de référence (de 1960 à1989) ou en 1420 (+ 0,57 °C). A l'inverse, des années de grand froid ont caractérisé le milieu des années 1430 à la fin des années 1450 (-45°).


Puis, autour de 1520 et entre 1630 et 1680, il a fait aussi chaud qu’au cours de la dernière décennie. En revanche, l’année 2003 apparaît de loin comme l’année la plus chaude qu’ait connue la Bourgogne, avec une anomalie de +5,86°, soit 43 % plus élevée que lors du record précédent, relevé en 1523 (+4,10°).

* Le Figaro, 20 novembre 2004

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) - pafmag@pafmag.com


Fabricant et importateur d’eaux de vie, de liqueurs et de vin doux en Suisse




Pour toutes vos traductions spécialisées
- 01 42 68 18 14


Autour d'une fontaine, une table raffinée au coeur de Paris 8è

Copyright © 2005 PAFmag. All rights reserved.