TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)
  Le monde selon l'alcool
- Chemtrails : les vignes dégustent ! par Sylvain HAIBON
- Richard Gotainer : La Goutte au Pépère par Justin PETIT-DERNIER
- Sylvain Tesson : voyage au bout de la vodka par Vera GROG
- L'ivresse est chose grave par Renaud MATIGNON
- Soignez-vous par le vin par A. LÉONCE-LABOIE
- Jeu de Paume : Bruno Prats s'exprime par Sylvain HAIBON
- Tegestophile et éthylabelophile par JP JUMEZ
- Vins et restaurants : les retrouvailles par Oscar CABALLERO
- Le climat raconté par le pinot de Bourgogne (Le Figaro)
- Réveillon : tristes tropiques pour Pierre Block par Justin PETIT-DERNIER
- Les Rituels de la Dégustation par Marie-Reine de Jaham
- Yougoslavie : ivres de pouvoir par Jean-Pierre JUMEZ
- Urothérapie : boire en vase clos par Sally O'GOULLOW
- Gouverner pas les bulles du PAF états généraux aux 3 Mailletz
- La vierge et la vigne par Q. SEK
- Edgar Faure, le vin et la verve par Brigitte FOURNAUD
Réveillon : tristes tropiques pour Pierre Block par Justin PETIT-DERNIER

Réveillon à l’eau pour le pdg et sa fille
RÉVEILLON : TRISTES TROPIQUES


Pierre Block est le dynamique pdg d'une société leader en matière de distribution de matériel hi tec par correspondance*. C'est au cours d'un voyage de presse historique, dont le thème était "la route du Gewurstraminer", que ce bon vivant, grand voyageur, a récemment raconté le réveillon qu'il considère comme le plus exotique de sa carrière.

"Le 31 décembre 1986, j'avais décidé d'emmener ma fille Anne Catherine réveillonner au Burundi. Nous nous trouvions alors à Butaré, la petite ville universitaire du Rwanda, où je venais de donner une conférence devant un public homogène de Hutus et de Tutsi. Nous avons convenu d'un tarif avec un taxi. C'est donc vers 15 h que nous avons pris la piste. Pour la centaine de kilomètres qui nous séparaient de la capitale du Burundi (Bujumbura), deux heures devaient largement suffire".

Quel naïf ! La tôle ondulée et les vaches conduites par les Watutsi devaient sérieusement contredire ces prévisions. Mais un autre élément allait réhausser le suspens que dégage déjà ce texte.

RASE CAMPAGNE

"Peu avant la frontière, notre chauffeur s'est arrêté en rase campagne, nous réclamant 4000 fr (français) pour continuer, arguant de différents prétextes captieux, prétextant le manque d'essence pour retourner, ou s’apercevant tout-à-coup qu'il n'avait pas les papiers nécessaires pour franchir la frontière".

BLACK MAIL

Pierre Block, qui, dans le cadre de ses activités de vente par correspondance, sert de nombreux clients africains, ne se laisse pas impressionner par ce black mail. II décide de planter là le bandit, de rejoindre la frontière à pied, et ensuite de trouver un taxi ou de faire du stop. AnneCatherine séduira forcément le premier automobiliste venu.

REPAS SANS VIN, REPAS CHAGRIN

Les formalités ont été d'autant plus rapides que ce minuscule poste était en train de fermer. C'est donc vers 17h que nous nous sommes retrouvés du côté burundien. Mais le problème, c'est qu'il ne restait qu'une seule voiture à ce poste : deux religieuses dans une 2 CV"

Peu sensibles au charme d’Anne-Catherine, ces deux âmes charitables font un geste explicite en direction des stoppeurs et continuent leur chemin cahoteux.

Pendant presque quatre heures, notre couple a levé le pouce une dizaine de fois sans grande conviction : c'est à chaque fois une guimbarde pleine de Watutsi, ces seigneurs tout à la fois bergers et guerriers qui peuplent le Burundi. Aucun ne mesure moins de deux mètres, ne laissant guère de place pour des corps étrangers.

WATUTSI ET BAHUTU

"Je n'arrivais pas à croire notre infortune, et je me maudissais d'avoir emmené ma fille dans cette galère. Qu'allait il nous arriver ? Allions nous passer la nuit sur cette piste ? La zone, de surcroît n'était pas sûre, du fait des combats ethniques entre les Watutsi et les Bahutu, quelquefois sanglants. Bien sûr, on nous attendait pour le réveillon au Méridien de Bujumbura, mais nos correspondants n'imagineraient jamais que nous étions bloqués ici. Ils estimeraient plutôt Anne Catherine, les deux que nous étions restés au Rwanda. Les communications étant difficiles, ils penseraient que nous n'avions pas pu les prévenir".

Résumons nous: il est 21 h, ce 31 décembre 1986. Nous héros se trouvent perdus au fin fond de l'Afrique, dans une zone montagneuse parsemée de quelques cases. Il faut bien comprendre qu'il n'y a ni électricité, ni téléphone, ni station service.

Consolation: l'air est frais et le ciel étoilé. Pierre Block a tout le loisir de montrer la Croix du Sud à sa fille, mais l'ambiance n'est pas aussi sereine que dans un planetarium.

Et puis soudain, un bruit de ferraille, un halo blanc et une voiture qui s'arrête devant le couple transi. Il s'agit d'un banquier zairois et de son épouse. Ils recueillent les malheureux, qu'ils déposent devant le Méridien une heure plus tard.

SOS BANQUIER

"C'est la première fois que j'ai éprouvé du plaisir à rencontrer un banquier".
Dans le palace, robes de soirées et smokings s'écartent devant ces invités poussiéreux. On leur offre quand même une coupe de champagne.

"J'ai préféré décliner les tentations de ce cocktail. Nous sommes montés dans la chambre. J'ai commandé une bouteille d'Evian à 130 fr. Pour le réveillon 86, nous avons donc .sablé l'eau !" .

"Et ce fut fort joyeux!" insista Pierre Block, tout en levant son verre contenant un Gewurstrarniner 86 de son ami Jean Hugel.

*Fisher Bioblock Scientific

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) - pafmag@pafmag.com


Fabricant et importateur d’eaux de vie, de liqueurs et de vin doux en Suisse




Pour toutes vos traductions spécialisées
- 01 42 68 18 14


Autour d'une fontaine, une table raffinée au coeur de Paris 8è

Copyright © 2005 PAFmag. All rights reserved.