TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)

LA REDACTION

L'ours et les plaideurs

Contactez-nous

  Le monde selon l'alcool
- Janvier 2007 : Pierre Delanoë, Jean-Edern Hallier, les risque de l'alcool au volant...
- Décembre 2006 : Michel Onfray, le Vin dans ses Oeuvres, Resveratrol, JM Le Pen, Security Feel Better...
- Novembre 2006 : Bernard Pivot, Dégustation du champagne, Michel Daerden, santé +, santé -, spiritueux...
- Octobre 2006 : Karine et le Gastronom, Airbus (suite) , Gérard Oberlé, les pays producteurs, guides des vins...
- Septembre 2006 : Airbus de Toronto, pénurie de vodka, histoire de l'anis, mezcal au scorpion, enquête par autopsie...
- Juillet 2006 : La Coupe est pleine... de vin, Gilles du Pontavice, Jules Chauvet, tourisme alcoolique, musée de la vodka...
- Juin 2006 : Concert de guitare et de charité, Marina Vlady, Kenneth Cook, Michel Smith, Jérôme van der Putt, JP Géné...
- Mai 2006 : Surproduction, Gloria Montenegro, Vignobles d'Ile-de-France, ébriété Total, terroirs, Colin Clarke, urothérapie...
- Avril 2006 : A mort la Gueuse ! Histoire mondiale de la table, pour Sigmund Freud, au-dessous du volcan, caféologie...
- Mars 2006 : Ciels changeants, menaces d'orage, la saveur du monde, un vin griffé Azzaro, label "sud de france"...
- Février 2006 : Toute honte bue à Outreau, la mort du vin, Bacchus sur ordonnance, Vengeance tardive en Alsace...
- Janvier 2006 : Le Roman des Jardin, Friterie-bar Brunetti, Philippe Margot...
- Décembre 2005 : Le veuvage des vins blancs, Olivier Todd, ex-Yougoslavie, Koktebel, Heather Ale...
- Archives
VOUS TROUVEREZ ICI LES RÉCENTS ÉCHOS DU MONDE QUI SAIT VIVRE

 

édito

De l'eau à tous les repas ?

Selon les chiffres officiels, 8% de la population française seraient de confession musulmane. Et si l'INSEE cache soigneusement certaines réalités démographiques, Radio-Courtoise ne se prive pas d'annoncer que, selon des chiffres dudit institut, 47% des naissances en Ile-de-France seraient "musulmanes". Nos lecteurs s'interrogent évidemment sur la pérennité de notre culture bachique. Certaines requêtes pourraient leur donner raison : interruption des classes pour les prières, menus spéciaux, jours fériés spécifiques, mise en cause des professeurs "impurs"... et, bien évidemment, de l'eau à tous les repas.

Cher lecteur, rassure-toi ! Des déclarations officielles publiées successivement à la une du Figaro et du Monde viennent contredire ces craintes :

Ouf !

Jean-Pierre JUMEZ

P.S. : "Boire du vin et étreindre la beauté vaut mieux que l’hypocrisie du dévot", écrivait Omar Khayyâm. Et, encore aujourd'hui, c'est à Ispahan que l'on trouve le meilleur vin du monde. What happened? Quelques réponses dans "Le Vin Mystique" du Franco-Libanais Salah Stétié.

Comptes de fée

Karine : la beauté des affaires (cliques si vous mourrez d'envie d'agrandir) photo : PafMag

La nature a horreur du vide. Curieusement, si la France est traditionnellement proche de la Russie, la gastronomie russe y est sous-représentée. New York, Berlin et Londres regorgent de restaurants et d’épiceries ad hoc.
Mais à Paris, peu de choses. Malgré ses somptueux décors (par Erté) le célèbre cabaret Raspoutine, affichant des prix gargantuesques, n’accueille pratiquement aucun client parisien. Quelques restaurants se battent en duel et n’ont de russe que le nom, hormis Nikita. Quant aux épiceries, si ce n'est la discrète (mais sympathique) Ludmilla dans le 15è, rien.

Karine a abandonné son métier de gynécologue à Moscou pour suivre son mari, spécialiste d’import-export de vins. Et, tout comme ses compatriotes, elle a souffert de ce manque. Comme elle était aussi en manque d’activités professionnelles, elle a pris le taureau par les cornes et a créé en 2002 sa première boutique « Gastronom » près de la Gare de Lyon. Le titre fait bien sûr allusion aux enseignes de toutes les épiceries soviétiques – plus ou moins achalandées - de la grande époque.
Eberluée par le succès, elle n'a pas hésité bien longtemps à en ouvrir une seconde Bd des Batignolles, puis aujourd’hui une troisième à Montparnasse.

Une enseigne digne de Fabergé

PafMag : Karine, d’où proviennent vos produits ?

- Au début, ils provenaient essentiellement d’Allemagne, où la communauté russe est très entreprenante. Aujourd’hui, nous nous tournons de plus en plus vers la Russie, où la qualité s’améliore chaque jour.

Mais votre Tsinandali (vin géorgien) ne peut évidemment provenir de Russie ?

- Bien sûr que non, ne serait-ce qu’à cause du boycott actuel. Mais nous avons nos connexions directes. Et, pour prévenir toute origine frelatée, mon passé médical me permet de mettre en place des procédures adéquates. C’est ainsi que nous faisons systématiquement analyser les produits susceptibles de poser un problème. C’est le cas pour ce vin. Tenez, goûtez-le !

Effectivement, on y retrouve les caractéristiques du vin géorgien authentique, si particulières. Pourtant, ces dernières années, sa qualité s’était considérablement dégradée.

Gastronom, ce sont plus de 600 produits référencés en provenance de Russie, d’Ukraine, des pays baltes, d’Arménie, de Géorgie. Un grand choix de vodkas, dont la plupart en exclusivité en France, et toutes les variétés de BALTIKA, la bière russe dont le dynamisme n'a rien à envier à GASPROM.

- Avec nous, vous êtes sûr d’avoir des produits authentiques et parfaitement hygiéniques. J’assure personnellement la formation du personnel à cet égard.

Mais… que font ces bourgognes et ces bordeaux sur vos étagères ?

- C’est simplement que, symétriquement à notre développement en France, nous créons une ligne de produits français en Russie et les Russes de passage à Paris aiment retrouver ce qu’ils apprécient à Moscou.

- Vous créez donc un véritable axe du bon ?

- Tout à fait, et notre action de mécénat, tant à Paris qu’à Moscou en est le meilleur témoignage.

- Votre métier initial ne vous manque-t-il pas ?

Le problème est celui de l’équivalence des diplômes. Malgré ma grande expérience, je ne pouvais pas m’installer comme gynécologue à Paris. Alors, faute d’accoucher des femmes, j’ai accouché de projets !

26 bis bd. Diderot (Gare de Lyon) - Tel / fax : +33 (0)1 43 41 65 83 -- 53, boulevard des Batignolles (Villiers) - Tel / fax : +33 (0)1 42 93 10 43 -- 130, bd. Montparnasse - 75014 Paris

Vera GROG

Et, pour tout savoir sur les activités russes à Paris, consulter Privet Paris ("Bienvenue à Paris")

(publicité)
ARE YOU READY FOR?

LACK OF ALCOHOL MAY BE HAZARDOUS TO YOUR HEALTH


Crash de Toronto (suite)

Le 3 août 2005, pourquoi les pilotes de l'Airbus d'Air France ont-ils attendu 12 secondes avant d’entamer le freinage, alors que leur atterrissage avait été particulièrement "long" et que la motorisation de leur appareil n'était pas des plus puissantes ?
Black-out total de la presse française sur cette affaire, alors que les pilotes, après un séjour probable au Club Med, sont tout à fait capables de s'expliquer.
Selon notre éditorialiste Colin Clarke, expert en aviation et en alcoolisme, il faut chercher la source du problème avant le décollage, où les pistes sont nombreuses : Alcool ? Drogue ? Café ? Thé ? Jeu de hasard ? Internet ? Bigoterie ? Bref, toute addiction susceptible d’entraîner somnolence, lassitude, difficulté de concentration, erreurs dues à l'inattention, oubli, confusion, allongement du temps de réaction, dégradation de la mémorisation, de l'humeur et des performances physiques, psychomotrices et mentales, baisse de la motivation et de la vigilance…

Jusqu’à ce que nos deux as de l’aviation soient entendus, nous publierons donc les hypothèses de travail imaginées par Colin.

Jean-Pierre JUMEZ

Hypothèse n°1 – au hasard, bien sûr – l’alcool. Aujourd'hui, deuxième épisode : en vol.

GUEULE ET CASSAGE DE BOIS 2/3
par Colin Clarke

Expert en aviation et en alcoolisme

Résumé du chapitre précédent : nos deux officiers ont passé une nuit d'enfer en galante compagnie dans un hôtel de la Porte Maillot. Leur décollage est un peu brumeux.

- Piste numéro 3, vent nord-est, 5 nœuds.
- Merci, tour de contrôle ! Allez, on y va. Préviens les PNC.

- Eh, dis-donc, c’est quoi, ça ?
- Quoi, Commandant ?
- BEN, REGARDE, LÀ, L'ENFANT SUR LE PARE-BRISE !!!

Drôle de décollage

- Mais non, Commandant, je vous assure, tout est normal ! Rechaussez vos lunettes, buvez un coup et relaxez-vous.

- Ah, bon.... Pourtant, j'étais sûr... Alors passe en automatique et surveille... le bébé. Je vais piquer un petit roupillon, je suis sur un nuage.

Relaxez-vous, vous êtes en pilotage automatique

- Tout va bien? Je dors depuis combien de temps ?

- Une bonne heure ; pas de problème particulier ; et vous, comment vous sentez-vous, Commandant ?

- J'ai rêvé du Kosovo [ndlr : voir épisode précédent], vas savoir pourquoi...

- Nous, les pilotes, nous sommes obsédés par les femmes dès que nous nous approchons d'un avion, et nous sommes obsédés par les avions dès que nous nous approchons d'une femme.

- C'est sûr que nous avons un problème. Le taux de suicide de nos épouses est d'ailleurs incroyablement élevé.

- Oui, et en général par défenestration, d'ailleurs. Bon, je vais me dégourdir les jambes. HÉ ! REGARDE DANS LA CABINE !!! TOUS LES PASSAGERS SONT A POIL !!!

Un vol au poil et à poil

- Mais non, Commandant, je vous assure, tout est normal. Rechaussez vos lunettes et reprenez une petite gougoutte.

- Mais retourne-toi, tu vas voir Calcutta !

- ... mais c'est vrai ! Et je dirais même plus : Bombay ! ATTENTION COMMANDANT, COLLISION IMMINENTE !!!

Oh, Calcutta !

- VADE RETRO, IDIOTAS !!!


Machine arrière

- OUF, DE JUSTESSE !

- Oui, on peut dire que nous l'avons échappé belle, Commandant. Tenez, on va arroser ça !

La suite au prochain apéro : atterrissage

Traduction : Sally O'GOULLOW

« Si tu mourais »

Sur fond de vodka : Intelligent et intelligible

Comme un grand vin, une bonne pièce de théâtre procure une certaine euphorie. C’est un plaisir certes éphémère, mais qui a le mérite de perdurer. On sort enrichi à jamais d'une dégustation réussie.

Ici, la réussite est exceptionnelle. Superbe assemblage à parts égales d’inspiration de l’écriture, de légèreté de la mise en scène, de lumière des interprètes. « Si tu mourais » est très peu marqué par l'élevage, tout en arômes de fruits noirs, de tabac blond et d'épices. La pièce possède une magnifique densité mais reste facile à déguster.

Florian Zeller, 27 ans : peu importe l'âge du capitaine (photo: PafMag)

Le thème ? Après le décès accidentel de son mari écrivain, une belle quinquagénaire s’interroge sur la pureté du passé du défunt.
Dans le rôle de la veuve, Catherine Frot soutient magnifiquement un texte lumineux. Elle sait faire monter la sauce et faire exploser des répliques quelquefois renversantes. Dit comme cela : « Le saint, c’est celui qui a su faire le ménage avant de partir », c’est un simple aphorisme. Mais subtilement amené dans une sorte de crescendo magnifique, l’aphorisme devient, dans la bouche de Madame Frot, un bouchon de champagne expulsé par une pression devenue trop forte. Elle se fond parfaitement dans l’intention de l’auteur : confronter la cervelle de l’homme au cerveau de la femme. On sent que l’actrice a l’intelligence du texte, ce qui le rend directement intelligible. Il suffit de se laisser porter. Un entracte ? Vous plaisantez ! Qui a besoin d’un coitus interruptus..

Jean-Pierre Jumez

"Si tu mourais", de Florian ZELLER - mise en scène : Michel FAGADAU - avec CATHERINE FROT, ROBIN RENUCCI, BRUNO PUTZULU, CHLOE LAMBERT - Comédie des Champs-Elysées, Paris

Millésime du siècle ?

Si le réchauffement de la planète continue, restent neuf décennies pour juger si 2005 est vraiment la cuvée du siècle. (Voir notre article sur la vigne, veritable témoin objectif de la météo). Mais n'oublions pas que dans les années 70, la communauté scientifique paniquait : la terre s'acheminait vers une nouvelle glaciation...

Les 10 plus grands producteurs de vin
(source : Vitisphère/AFP/Quid 2006)

Afrique du Sud
Implantation du 1er vignoble : 1656
Superficie du vignoble : 121 000 hectares
Consommation par habitant : 9,11 litres par an
Production en 2008 (prévision) : 8,8 millions d'hectolitres
Allemagne
Implantation du 1er vignoble : 1er s. avant J.-C.
Superficie du vignoble : 98 500 hectares
Consommation (par habitant) : 38,4 litres par an
Production en 2008 (prévision) : 7,7 millions d'hectolitres

Argentine
Implantation du 1er vignoble : 1557
Superficie du vignoble : 208 000 hectares
Consommation par habitant : 32,11 litres par an
Production en 2008 (prévision) : 12,5 millions d'hectolitres
Australie
Implantation du 1er vignoble : 1788
Superficie du vignoble : 150 000 hectares
Consommation (par habitant) : 20,61 litres par an
Production en 2008 (estimations) : 12,5 millions d'hectolitres
Chili
Implantation du 1er vignoble : 1548
Superficie du vignoble : 168 000 hectares
Consommation (par habitant) : 17 litres par an
Production en 2008 (estimations) : 7,6 millions d'hectolitres
Espagne
Implantation du 1er vignoble : VIe s. avant J.-C.
Superficie du vignoble : 1,2 millions d'hectares
Consommation par habitant : 36 litres par an
Production en 2008 (estimations) : 42 millions d'hectolitres
Etats-Unis
Implantation du 1er vignoble : XVIIe siècle
Superficie du vignoble : 389 000 hectares
Consommation par habitant : 8 litres par an
Production en 2008 (estimations) : 21 millions d'hectolitres

France
Implantation du 1er vignoble : 550 avant J.-C.
Superficie du vignoble : 900 000 hectares
Consommation par habitant : 64,3 litres par an
Production en 2008 (estimations) : 47,5 millions d'hectolitres
Italie
Implantation du 1er vignoble : Xe s. avant J.-C.
Superficie du vignoble : 850 000 hectares
Consommation par habitant : 58,8 litres par an
Production en 2008 (estimations) : 49,7 millions d'hectolitres
Portugal
Implantation du 1er vignoble : VIe s. avant J.-C.
Superficie du vignoble : 220 000 hectares
Consommation par habitant : 51,6 litres par an
Production en 2008 (estimations) : 6,7 millions d'hectolitres

A vos grappes, prêts, partez !

Surtout, éviter la soif

Dimanche 10 septembre 2006, 16h18
A l'heure où la brume nimbant les prestigieux vignobles de Margaux ou Mouton-Rothschild n'est pas encore dissipée, s'amassent déjà derrière la ligne de départ les milliers de concurrents du 22e Marathon du Médoc, événement convivial et festif plus que sportif, point d'orgue de trois jours de festivités à Pauillac (Gironde).
Venus de Lorraine ou de Corée, des bandes de pirates, des essaims d'abeilles ou des cohortes de légionnaires romains, ont chaussé les baskets et déferlé dans les vignes médocaines pour avaler les 42,195 km de ce marathon atypique que Bruno Davin, un des cinq fondateurs, voudrait voir figurer en deuxième place sur l'agenda des coureurs derrière "La Mecque, à New York".
A la suite d'un défi clôturant un repas arrosé en 1982, Bruno, aujourd'hui ingénieur de 59 ans, hâbleur et passionné comme au premier jour, a justement fait son pèlerinage aux Etats Unis, avec cinq copains.
Puis dans la foulée, ils ont fait d'autres courses.
"Et on les a trouvés tristes", regrette-t-il.
En 1985 naissait ainsi le Marathon du Médoc, "qu'on voulait comme une fête. Et quand vous êtes invité à une fête, vous venez déguisés, non?"
Vingt-deux ans plus tard, de 500 inscrits, on en est à plus de 8.500, en costume ou simplement maquillés, qui s'élancent hilares sous le soleil sur ce circuit, "unique marathon non-urbain", serpentant entre chemins de vigne et petites routes communales.
"Ici, c'est exceptionnel !", s'enthousiasme Marc, "j'en suis à mon cinquième, j'amène mes potes", explique-t-il traduisant l'ambiance générale: on vient pour la convivialité, pas pour la performance.

 


Encore un effort ! (Photo Pierre Andrieu/AFP)

D'ailleurs, ce coureur parisien, pris en charge pour des débuts de crampes dans une des nombreuses tentes de massage postées tout au long du parcours, ne prétend pas faire un chrono: "C'est dur et il fait chaud", reconnaît-il en quittant péniblement sa table de soin.

La convivialité, c'est également les dégustations de vin proposées sur le parcours: "On a prévu 160 bouteilles. Ce qui nous motive, c'est de partager le plaisir du vin", glisse rapidement Frédéric Bonnaffous, directeur d'un grand-cru classé, accaparé par des centaines de marathoniens faisant halte dans sa propriété.
De l'autre côté du comptoir improvisé dans les jardins du domaine, un verre de château Belgrave 2004 à la main, trois jeunes Dunkerquois en sueur saucissonnent au son d'un des orchestres disséminés sur le parcours: "C'est la cinquième fois que je viens", explique l'un d'entre eux, "je commence à savoir ce qu'il faut amener", assure-t-il en désignant son pique-nique.

Son compagnon, Yohann, dossard 3393 et membre de l'AS PTT de Dunkerque, jure "qu'il n'y a que cette course (qui soit) comme ça et on compte bien aller au bout". A quelques pas, Robert, grimé en vache suisse portant le numéro 2089, compte bien aller au bout, lui aussi: "J'en suis à mon troisième château et j'irai loin !" Il lui en reste 20...

Mais le marathon du Médoc, pour original qu'il soit, n'est pas chose improvisée: 1 million d'euros de budget, 2.600 bénévoles, dont 300 médecins et para-médicaux, des milliers de repas servis, un congrès médical, des études scientifiques (sur la cardiologie, la podologie, la dermatologie, etc.), pour trois jours de fête, de sport et de recherche, du vendredi au dimanche soir.
Reste la course: cette année, elle a été remportée par David Antoine et Nathalie Vasseur, déjà vainqueurs en 2005. Mais quel concurrent le retiendra ?

(L'internaute)

Rabelais revisité

Un (virtuel) fondateur de PAFMAG, apprécié par un chroniquer laudateur.

L'auteur déclare à deux reprises qu'un bon vin se passe de description, aussi fleurie soit-elle. Nous lui donnons raison et ne décrirons pas son nectar littéraire. En voici simplement une mignonnette :

Les grands ivrognes, ceux qui boivent tout le temps et ne font pas grand-chose d'autre, ceux qui jamais ne dessoûlent complètement, sont peut-être les derniers hommes libres. Mais j'entends déjà les hurlements des camelots de la pédagogie officielle, de l'ignorance gratuite et obligatoire, les sectateurs du mens sana, les socio-psys à la mordsmoi le calibistri qui émargent au râtelier des cellules psychologiques, tous ces dictateurs de la vertu et de la tempérance subventionnés pour assommer le licheur, le fumeur et le trousseur à coups de sermons, de rapports et de menaces : « L'alcoolique n'est pas libre! Il est, bien au contraire, prisonnier, esclave de son vice.» Pompeux imbéciles! Allez donc vous noyer dans un verre d'eau minérale plate. Je n'ai pas prononcé le mot alcoolique, c'est vous, sèches gorgones des ligues de continence, c'est vous, foireux diafoirus ès sobriété, qui parlez d'alcooliques et hurlez au loup. Moi je vous parle d'ivrognes, un vocable magnifique, qui s'écrivait ivrongne - parfaite anagramme de vigneron - au temps des poètes satyriques et baroques qui, contrairement à vous, prosateurs indigents et hypocrites, avaient l'élégance d'appeler un chat un con !

Chez ces poètes-là, Théophile, saint Amant, chez l'épineuse Muse de Robert Angot de l'Eperonnière, 1'« Ivrongne» est véritablement cet homme libre qui, pour suivre Bacchus, oublie les pistoles et les écus, se moque de l'opinion des gens rangés et fait moins cas de ces fous que « d'ouïr son cul quand il pète », jure qu'il préfère mourir le nez dans un verre que de languir en famille ou de crever de soif à la guerre, fuit les soldats, greffiers, avocats et notaires, boit, pisse, saute et chante car jamais son âme n'est méchante. L'ivrogne, le saint ivrogne, peut gaillardement user de ses droits et le roi n'est pas son cousin. Il se fiche du trou dans l'ozone comme des pics de pollution, du choc pétrolier et des tsunamis. Peu lui chaut que Polichinelle soit le prochain président, que le Caque monte ou que le Naze-d'acc descende, que sa femme le trompe et que son vaurien de fils ne vaille rien. Libre, il vomit sur la table, libre il pisse au lit, il pète, rote et beugle à la face des bonnes gens. Libre aussi, il peut dans ses chausses chier et continuer de les porter sans s'essuyer, peu lui chaut gloire, Enfer et Paradis, car « si le vin était en Enfer, il ferait d'Enfer sa taverne».

Alors, l'achéterez-vous ?

Sylvain HAIBON

Itinéraire Spiritueux, Gérard Oberlé - Grasset - 17 euros en France métropolitaine

Vaut le jus

Les vrais voyageurs ne se déplacent plus. Le monde est à portée de doigts grâce à Internet. Et des ambassadeurs éclairés vont déguster pour vous des vins inaccessibles. Ce best seller arrive dans un format de poche. Bien écrit, bien traduit. A noter une explication claire de la montée en alcool pour la majorité des vins français.

A. LEONCE-LABOIE

Flammarion

First Editions nous a habitués à des ouvrages légers mais élégants. Elégamment instructif, donc sur nos meilleures productions.
Tant qu'il en reste, profitons-en ! Editions de l'If - 14,50 €

Une dizaine de milliers de crus dégustés dans l'année par un seul homme ! Faites vos calculs. Albin Michel 25 €

5000 vins épluchés avec le sérieux de la maison. Gault-Millau 24,90 €

10.000 vins, aussi, mais plusieurs connaisseurs se sont partagés le travail. Hachette 26€

A la recherche du vrai. ce n'est pas du temps perdu. Actes Sud 16€

7000 vins jugés par des pros. La Revue du Vin de France, 25€

Un jeune avocat new-yorkais se déjuge en prônant l'objectivité. A déguster. Solar, 9,90 €

Le tour du monde en 365 bouteilles (un hasard, bien sûr). Minerva, 39 €

Premier ouvrage "papier" publié par le grand portail 1855.com. Editions 1855, 29,90 €

A noter un très beau dossier dans le FigMag : 84 pages vraiment intéressantes.

Le pape mis en bière

Munich s'est enrichie d'une nouvelle bière à l'occasion de la visite de son pape.

C'est loin, le paradis

Des astronomes anglais ont localisé un nuage d'alcool long de 463 milliards de kilomètres dans la Voie lactée.

Buvez et gagnez

Selon le Journal of Labor Research les buveurs gagnent plus que les abstèmes. Cette découverte donne l'occasion à notre amie Véziane de Vézins de sortir une savoureuse chronique dans Le Figaro :

… les individus peu effarouchés par la dive bouteille gagnent plus d'argent que les sobres de stricte observance. C'est un peu raide, mais cela tombe bien, car entretenir une cave coûte cher. À la réflexion, c'est même normal si l'on considère que beaucoup de résistances se fluidifient autour d'un liquide volatile. Le verre de contact, souvent partagé dans la pénombre d'un lieu de perdition, rend myope l'interlocuteur légèrement gris, et même enclin à signer n'importe quoi, surtout dans le noir.

Les buveurs ont des revenus plus élevés

Les auteurs démarrent prudemment : les gens qui boivent en société construisent des réseaux, des relations et accumulent des contacts. Cela se traduit par des salaires plus élevés. " Ensuite ils se laissent un peu emporter: La consommation d'alcool permet de développer des qualités humaines, professionnelles et sociales. Il faut prévenir les associations d'insertion des SDF qui n'ont pas l'air au courant.
Mais la tête nous tourne, car parallèlement des chercheurs écossais jettent leur grain de sel dans la cuve : les « petits génies» seraient moins sujets à la gueule de bois et à la migraine des lendemains de fête arrosée. La surabondance des neurones, peut-être.
Si l'on considère que les gens au gros QI ont aussi un gros portefeuille, que les Écossais sont à la fois maîtres du whisky et économes de leur fortune, le puzzle s'emboîte. So what? So, comme dirait Churchill, maintenant la science doit nous démontrer d'urgence que boire rend intelligent, la gueule de bois riche et la santé, alcoolique. Sinon, la vie est trop injuste


Convertissez-vous

Le bouddhisme à votre service (cliquez pour visionner le PowerPoint - faites "retour" pour revenir)

(Merci à Anne-Marie Bérard)

Du Gloria dans le café, par Gloria Montenegro

Le café jaloux du vin

A la mémoire de Philippe Cairol
Un baron du vin qui s’est prêté au café

Jaloux de la destinée du vin
un café emprunta
le chemin de la bouteille.

Il festoya dans les vendanges
se choisissait la plus belle étiquette,
se faufila dans la foire aux vins

Monta au podium de taste-vinés
…Et se trouva admis
a la Cour de Grands,…de Grand Crus !

Il obtient ainsi
ses lettres de noblesse,
…ses papiers d’identité

La tasse, sa douce compagne
resta inhabitée et seule
de la négritude de son compagnon

Il lui revint un jour, décoré.

Se jeta comme un fleuve
dans les rondeurs de la porcelaine

Persistant et doux
plein de corps
enivrant d’arome

La tasse remarqua
que dans son périple identitaire
le café avait perdu l’amertume

Soluna
Neville 1 septembre 2006

Enfin !

Comme au restaurant

Chez Riviera & Bar, une machine espresso qui a tout d'une grande (la seule à offrir une pression de 17 bars), à un prix raisonnable.

Sommelier impartial et impavide

Ce sommelier n'a pas de papilles gustatives, mais il peut distinguer une trentaine de cépages. Il analyse le vin du bout de son bras gauche, doté d'un capteur à infrarouges. D'une voix enfantine, il annonce "chardonnay" ou "shiraz", commente le goût du vin testé - moelleux ou plein en bouche -, et recommande tel ou tel met en accompagnement.
Le robot-œnologue conçu par les chercheurs nippons du laboratoire de NEC System Technologies et de la Mie University identifie les composés organiques du vin en
trente secondes. Chaque cépage a sa composition chimique, mais les variations d'empreinte spectrale d'un vin à l'autre sont infimes. "C'était un vrai défi.
Les différences que détecte le robot sont très subtiles", commente Hideo Shimazu, de NEC System Technologies. L'analyse se fait sur des échantillons, mais, à terme, il ne sera pas nécessaire de déboucher les bouteilles. Une aubaine pour les douaniers et les négociants, qui pourront ainsi contrôler les appellations et détecter d'éventuelles fraudes - même si la machine est encore loin de pouvoir identifier les milliers de variétés existant sur le marché. Outre le vin, ce "nez" peut identifier différents fromages et distinguer la plus sucrée de trois pommes sans en manger une bouchée. En matière de charcuterie, il lui reste quelques progrès à faire: il a confondu la main d'un journaliste avec du jambon, et celle d'un cameraman avec du bacon.
Mainichi Daily News, repris par Courrier International


Le pays où le vin est moins cher

par Justin PETIT-DERNIER

N'oubliez pas le comparateur de prix : Vinorumcodex qui 1) privilégie le plaisir du vin bu à table, donc buvable, contre la pure dégustation, et donc les vins digestes et pas trop alcoolisés contre les tisanes de chêne, 2) donne des liens vers le meilleur prix pour 1150 vins français du millésime 2005 vendus en primeur et 3) coûte 10 euros pour un mois et 30 euros pour un an.

  • ChateauOnline : Tenuta I Muracci Fortediga Maremma 2005 - Italie - Toscane IGT 90/100 R. Parker - 7 € au lieu de 10

  • Les Caves de Virginie : Domaine GIRARDIN - Beaune Premier cru 2003 - Grand vin de garde qui confère souplesse, fruit et notes veloutées. Peut aussi se déguster dès maintenant. - 16.87 euros au lieu de 22.50euros soit -25

Et toujours : 75cl.com - Savour Club - Jean Merlaut - Millesima

Le pays où le vin est plus cher

Le top du Wine Spectator

CONCHA Y TORO
Cabernet Sauvignon Puente Alto - Don Melchor 2003 • $47 - With a great nose of currant confiture and cocoa powder, this full-scale Cabernet sports dark fig, currant and blackberry fruit, layered with loam, cedar, tobacco, mineral and coffee. Long and authoritative finish sails on, thanks to rather regal tannins. Best from 2007 through 2016. Rating: 96/100

*******

Toujours dans cette publication, le Dr. Vinny répond aux questions des lecteurs.

Q. : Quel est l'équivalent de "tonnes par acre" ?

R. : Le calcul est assez compliqué. Grosso modo, 2 tonnes par acre équivaut à 27 hectolitres à l'hectare

Le top des Fidèles de Bacchus (Québec)

Il a fière allure, ce Fiefs d'Aupenac, dans sa nouvelle bouteille ornée d'une toute nouvelle étiquette portant même un nouveau nom. Anciennement connu sous le nom de Château Roquebrun, ce vin du Languedoc- Roussillon a hérité d'une nouvelle appellation; St- Chinian Roquebrun, ce qui l'a obligé à changer de nom, car un vin ne peut porter le nom de l'appellation. Chateau Roquebrun est donc devenu Fiefs d'Aupenac. En fait la seule chose qui n'a pas changé, c'est le contenu... et heureusement. On y retrouve comme toujours un vin savoureux, harmonieux et bien équilibré. Issu d'un assemblage de Syrah, Grenache et de Mourvédre, il fait preuve d'une très belle complexité et d'un nez puissant, épicé (poivre) et élégant, qui nous livre des notes de petits fruits rouges. Un vin rond, étoffé, onctueux, aux arômes de fruits, d'épice, de vanille, de notes de chocolat et de cacao.

« Pour savoir qu'un verre était de trop, encore faut-il l'avoir bu. »

Sur le front de la frénésie: les âneries du mois

Une molécule produite dans le cerveau des alcooliques signale la gravité de l'état du patient, ont découvert des chercheurs du Centre de résonance magnétique biologique et médicale (CRMBM) de Marseille. Cette molécule, issue d'une mauvaise métabolisation du sucre dans le cerveau des alcooliques, est présente en quantité plus ou moins grande selon le degré d'avancement des pathologies liées à la consommation d'alcool, indique le responsable du centre, Patrick Cozzone.

Le Figaro

Attendez un peu avant de reprendre le volant

5 octobre : churchill & double corona #7 bis

A 20H30 au Normandy Hotel - 7 rue de l'échelle - Paris 1er (Pour une poignée de Cigares)

7 octobre: Happy Birthday, Mr. President !

Parfois, quand même, elle attigeait

Une grande perte pour la vodka : L'irrespectueuse journaliste russe Anna Politkovskaya a été exécutée de 4 balles. Ce jour correspond justement à l'anniversaire du Président Poutine...

9 octobre : encore les Danois !

La chaîne TV2 a diffusé une vidéo d'artiste présentant le prophète comme un chameau buveur de bière. Ca va bouillir !

10 octobre : piano enivrant

Le pianiste qui monte, Olivier Herbay se produit à la mairie de Paris 8è à 20h 30. Ravel sera honoré.

13-15 octobre Salon des vins et terroirs de France

Lyon Villeurbanne. Infos

19 au 22 octobre : Festival oenologique et musical

La jeune viticulture bourguignonne, Mozart et Coltrane à l’honneur à Grenoble

Programme

20-22 octobre Salon des vins et terroirs de France

Cergy Pontoise. Infos

24 octobre : cette organiste provoque le tournis

cliquez pour agrandir

27-29 octobre Salon des vins et terroirs de France

Nantes Carquefou. Infos

27 - 28 octobre : Festival de la Bière Belge

A Boston - Résa

28 octobre : « VINPLISSIME »

Première journée de communication collective des Vins de France

Sonnez hautbois, le 28 Octobre 2006 sera un grand jour pour une grande première ! La Confédération des Interprofessions Viticoles (CNIV) et l’ANIVIT (Association Interprofessionnelle des Vins de Table) conjuguent leur expérience de la communication et leurs moyens financiers (9 millions d’euros sur 3 ans) pour "une journée nationale du vin qui se déroulera sur tout le territoire national autour du 28 octobre 2006, au cœur d’une forte période de consommation". Après l’échec de l’AFIVIN, dans un environnement difficile pour le vin français (environnement prohibitionniste et baisse de la consommation en France, perte d’influence de la France à l’export…), les interprofessions françaises ont pour objectifs d’augmenter la fréquence de consommation des consommateurs occasionnels, d’informer sur la place du vin dans notre société et notre culture, enfin de redonner confiance et fierté à la filière. Autour du 28 Octobre, 5000 restaurants, 5000 caveaux, 1000 cavistes, 170 grandes galeries marchandes se mobiliseront, soutenus par une action presse, de la publicité (PQR, radio, sites Internet…) pour toucher la cible des « jeunes urbains désinvestis ».
Au delà de cette traduction publicitaire de l’action collective, (forcément déjà vue), il y a la volonté de changer le discours sur le vin avec une nouvelle pédagogie : le vin c’est simple, c’est même vinplissime…
Ce concept est judicieux s’il peut s’inscrire dans la durée, dans la continuité d’un esprit français redevenu modeste, appliqué, persévérant, utilisant un nouveau langage et de nouvelles technologies, comme un champion en cours de rééducation après un grave accident de compétition !

petites annonces (en partenariat avec Vinomedia)

Opération TIRE-BOUCHONS - email - Nous récoltons les bouchons de liège pour une association AIDERA ESSONNE (autistes).

Recherche poste d'oenologue en Californie - email - JF 26 ans diplomée de la faculté d'oenologie de Bordeaux, actuellement en poste en Afrique du Sud - recherche un poste d'Assistant Oenologue pour 18 mois ou plus en Californie. Interessée par differentes méthodes de vinification des cépages rouges.

Recherche chef de culture (basé Corbières) - Taillandier Conseil - email - Rattaché au Dir. de Propriété, vous êtes responsable, avec votre équipe, de la gestion technique du vignoble. Diplômé au minimum d’un BTS Viti-Oeno, vous possédez dix ans d’expérience acquise dans une propriété haut de gamme en tant que Chef de Culture.

Recherche responsable vigne et chai - Château la Roberterie - email - Propriété 18ha en AOC Monbazillac et Bergerac cherche un Responsable Vigne et Chai; niveau BTS avec expérience; sens des responsabilités, autonomie, rigueur, passion; CDI.

Achète lots de vins - Vins Online - email - Achète lots de vins pour Asie, Ocean Indien, Suisse ; étudie toute proposition.

Recherche Importateurs - Cave de Cevins - email - Domaine Prieuré St Christophe et Domaine des Ardoisières (Savoie) recherche importateurs pour ventes vins haut de gamme originaux en biodynamie.


Et toujours : LE GUIDE MONDIAL DE LA GUEULE DE BOIS - toutes les boissons du monde selon trois catégories :

=   = =

Le monde est réparti en "continents" : Aquavitland, Beerland, Vodkaland, Wineland... De multiples liens sont proposés permettant de comprendre la nature du nectar en question et de faire vos choix. 5000 bières testées et notées, des centaines de vodkas, des fiches descriptives... Une liste alphabétique vous permet une approche géostratégique raisonnée. Vos témoignages permettent une mise à jour permanente. Suivez le Guide !

« Voici la description du Jardin promis à ceux qui craignent Dieu :
Il y aura là des fleuves dont l'eau est incorruptible,
Des fleuves de lait au goût inaltérable,
Des fleuves de vin, délice pour ceux qui en boivent »

(Le Coran, Sourate 16, verset 67, cité par le Vin secret)

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) - pafmag@pafmag.com

ussi

Fabricant et importateur d’eaux de vie, de liqueurs et de vin doux en Suisse




Pour toutes vos traductions spécialisées - 01 42 68 18 14


Autour d'une fontaine, une table raffinée au coeur de Paris 8è


www.jours-feries.com

Où et quand fait-on la fête dans le monde ? 600 pays et états de 2000 à 2050

Copyright © 2006 PAFmag. All rights reserved.