TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)

LA REDACTION

L'ours et les plaideurs

Contactez-nous

  Le monde selon l'alcool
- Janvier 2007 : Pierre Delanoë, Jean-Edern Hallier, les risques de l'alcool au volant...
- Décembre 2006 : Michel Onfray, le Vin dans ses Oeuvres, Resveratrol, JM Le Pen, Security Feel Better...
- Novembre 2006 : Bernard Pivot, Dégustation du champagne, Michel Daerden, santé +, santé -, spiritueux...
- Octobre 2006 : Karine et le Gastronom, Airbus (suite) , Gérard Oberlé, les pays producteurs, guides des vins...
- Septembre 2006 : Airbus de Toronto, pénurie de vodka, histoire de l'anis, mezcal au scorpion, enquête par autopsie...
- Juillet 2006 : La Coupe est pleine... de vin, Gilles du Pontavice, Jules Chauvet, tourisme alcoolique, musée de la vodka...
- Juin 2006 : Concert de guitare et de charité, Marina Vlady, Kenneth Cook, Michel Smith, Jérôme van der Putt, JP Géné...
- Mai 2006 : Surproduction, Gloria Montenegro, Vignobles d'Ile-de-France, ébriété Total, terroirs, Colin Clarke, urothérapie...
- Avril 2006 : A mort la Gueuse ! Histoire mondiale de la table, pour Sigmund Freud, au-dessous du volcan, caféologie...
- Mars 2006 : Ciels changeants, menaces d'orage, la saveur du monde, un vin griffé Azzaro, label "sud de france"...
- Février 2006 : Toute honte bue à Outreau, la mort du vin, Bacchus sur ordonnance, Vengeance tardive en Alsace...
- Janvier 2006 : Le Roman des Jardin, Friterie-bar Brunetti, Philippe Margot...
- Décembre 2005 : Le veuvage des vins blancs, Olivier Todd, ex-Yougoslavie, Koktebel, Heather Ale...
- Archives
VOUS TROUVEREZ ICI LES RÉCENTS ÉCHOS DU MONDE QUI SAIT VIVRE

 

édito

La lettre de cachet faisant mauvaise foi


En son temps, PafMag avait démontré ques, par le fait du simple entraînement du foie, le sang d’un buveur régulier était éthyliquement plus correct que celui d’un buveur épisodique. Cela n’avait pas plu à tout le monde.

Aujourd’hui c’est une société normande qui dérouille. A la fin des années 90, PPN a en effet développé la potion que tout le monde attendait : par simple action sur le foie, « Security Feel Better » réduit spectaculairement le taux d’alcool dans le sang. La Direction de la répression des fraudes (DGCCRF) avait alors tenté de censurer le produit miracle. PPN se défendit par un test sous contrôle d’huissier : une personne présentant, après un repas, 1,16 grammes d’alcool dans le sang n’accusait plus que 0,48 grammes, trois quarts d'heure après avoir pris - en guise de digestif - une cuillérée de Security Feel Better ! En 2000, le Tribunal d’Evreux lui donna donc raison et PPN put se consacrer à la promotion mondiale de ses fioles.

à peine une demi-heure, et tout va bien

Las ! Constatant la mise en place de la potion maudite sur les têtes de gondoles, la DGCCRF a cherché des poux à Auchan et autres Super-U, qui s’empressèrent d’obtempérer. Puis le samedi 25 février, Bercy, par lettre de cachet, interdisait purement et simplement le produit sous prétexte de « publicité mensongère », donc en totale contradiction avec la décision de la justice. Et PPN se retrouve avec un million de fioles à écouler, étant entendu que les frais de retrait des gondoles sont à sa charge, ce qui ne fait pas se gondoler de rire son PdG Patrick Nicaise.

L’inséparation des contradictoires

La frénésie anti-alcoolique entraîne ainsi ce paradoxe : réprimer ce qui est bon, au prétexte que c’est mal. Déraciner les vignes au prétexte d’enracinement d’un préjugé.
Or, légiférer au nom d’une frénésie, c’est tout simplement revenir à Vichy et à son eau saumâtre. En 1940, les débits de boissons avaient fermé les uns après les autres au nom des décrets alcoolicides promulgués selon la frénésie : « Travail Famille Patrie ». Et pourtant, dès 1941, le gouvernement de Philippe Pétain revenait précipitamment en arrière car une civilisation n’est pas le fait du maréchal.

C'est tout simple : une lettre de cachet

Bon, heureusement, l’abus de cognac a été décrété dangereux pour la santé des Français, mais pas pour celle des Chinois. Et Security Feel Better fait un tabac en Corée. C’est peut-être ce qui évitera un dépôt de bilan de cette petite boîte innovatrice et qui permettra accessoirement à nos amis Coréens de consommer soju, markkolli ou choya avec leurs plats d’émincés de pénis de taureau ou autres torantang...

Bref, pour vivre à la française, expatriez-vous !

Jean-Pierre JUMEZ


Un livre de garde


La démarche n’est pas fréquente : un éditeur (Actes Sud) met en adéquation le contenant et le contenu. En l’occurrence, le maquettiste Christian Fontes a préféré la perception théologique plutôt que bachique de « Ciels changeants ». Il nous propose donc un format 13 x 24 qui rappelle celui d’un bréviaire, un fort papier façon vélin, imprégné d’une encre anthracite. Lorsqu’on prend l’ouvrage en main, on sait déjà que son contenu sera long en bouche.

Le partage du goût

Le goût partagé fait partie du ciment d’une communauté. Ceux qui aiment les chenilles grillées ou les yeux de moutons partagent une certaine notion du monde. Et la vodka, la bière ou l’alcool de riz fédèrent des civilisations entières (voir notre Guide Mondial de la Gueule de Bois), devançant à cet égard les religions ou les systèmes politiques. « Le vin est le marqueur du temps. Aux heures de fêtes qui égrènent l’existence, le vin est au centre ». Du haut de ce flacon, notre civilisation vous contemple. Il cristallise à lui tout seul nos qualités et nos défauts. Chez lui tout est noble : la robe comme la pourriture.

Expliquer le bourgogne, c’est encore plus compliqué que d’expliquer Dieu, mêmes si les foudres de l’un sont nettement plus sympathiques que les foudres de l’autre. Elisabeth Motsch relève ce défi grâce à une construction ingénieuse.

C’est en effet dans le premier chapitre qu’elle égrène les quatre vérités du divin breuvage. Sous-sol, sol, cépage, climat, écologie, travail de la vigne, élaboration, observation, réflexion, partialité… En quelques pages, le bourgogne se révèle au lecteur. Le bourgogne, c’est l’histoire, c’est la géographie, c’est l’esthétique, c’est l’humanisme, c’est la culture et l’agriculture. Bref, c’est la passé, le présent et le futur de l’homo occidentalis nobilis.

Les femmes au pouvoir

Dans la passe que traverse le vin, le futur de l’enseigne symbolise le futur de notre civilisation : faut-il oui ou non « écologiser » le bourgogne (et, partant, le monde) ? La chimie peut-elle sans dommage se substituer aux processus naturels ? La prise de pouvoir progressive des femmes dans les vignes annonce-t-elle d’autres prises de pouvoir ?

Ces questions étant parfaitement exposées, l’auteur nous dévoile dans les chapitres suivants ses sources. Elle se rend chez les vignerons, les producteurs, les éleveurs. Et là, elle fait sa vendange d’informations, emmagasinant dans sa hotte de multiples témoignages, s’attardant sur les sensibilités des uns et des autres, racontant les héritages, reflétant les humeurs. Et de la vigne à la cave, de la surface au tréfonds de l’âme humaine, elle embouteille ces propos.

Autrement dit, d’abord les conclusions, puis les démonstrations.

Le vigneron bourguignon se caractérise par « son attachement à sa terre, à son sens de l’accueil et à la typicité de son vin qui ne ressemble pas à celui du voisin ». On comprend par la bouche de Laurence Jobard les implications du marketing d’un produit dont la diversité fait la force, alors que la globalisation appelle des produits standardisés (fussent-ils excellents).

Assimiler le vin à l'alcoolisme ? bonjour l'intox !

Evoquant la frénésie anti-alcoolique qui ne laisse pas de consterner les acteurs du vin, Elisabeth Motsch ne se prive pas de rappeler ce truisme : « assimiler le vin à l’alcoolisme, c’est assimiler le feu aux incendies, l’eau aux noyades ». Evidemment.

Le rapport vignoble/vin symbolise le rapport entre la terre et l’homme. Quel laboratoire ! La Romanée Conti signait en 2000 « l’appel de Beaune » demandant un moratoire de 10 ans sur l’utilisation des OGM dans la vigne.

Pour qui veut bien comprendre pourquoi il aime le bourgogne, la conclusion « initiale » suffira. Pour qui veut comprendre comment il aime le bourgogne, alors il pourra soulever toutes ces robes évoquées dans les chapitres suivants.

Il en ressortira évermeillé. Euh, je voulais dire : émerveillé.

Sylvain HAIBON

Nota bene : Prenant les décades pour des décennies, l'auteur confirme le statut de traducteur annoncé dans sa biographie.

Elisabeth Motsch : Ciels changeants, menaces d'orage - Actes Sud - 25 euros en France métropolitaine


Cinq sens dessus dessous


Cet ouvrage fondamental revient sur la manière dont l’homme appréhende le monde qui l’entoure.

Pour une fois, un universitaire ne limite pas la philosophie à l’Occident. Certes les grosses pointures, d’Aristote ou Platon à Merleau-Ponty ou Lévi-Strauss, sont abondamment citées. Mais pour illustrer ses considérations, l’auteur fait largement appel à des notions asiatiques ou africaines. D’où un passionnant tour du monde des perceptions.

Le goût s'acquiert

D’abord, l’incroyable pouvoir de l’acquis en matière de goût (et de dégoût). La grimace initiale en découvrant le vin résiné, le premier contact du bébé avec l’amertume, ou tout simplement la première bouffée de marie-jeanne : « l’apprentissage amène le novice à couler peu à peu ses perceptions à l’intérieur des membres du groupe en lui donnant le sentiment gratifiant d’être conforme… le jeune commence à ne « rien » ressentir, sinon une brève indisposition…les autres lui apprennent à reconnaître certaines sensations comme appropriées au fait d’être branché… une sorte de bricolage s’opère chez le novice entre ce que les autres lui disent et ce qu’il en imagine… les sensations désagréables se transforment en sensations désirées ».
Dans la même lignée, on apprend à reconnaître des vins, à les goûter, à décrire une myriade de sensations à leur propos en s’étonnant d’y avoir été si peu sensible autrefois.

Voir ou entendre, il faut choisir

Dans le monde occidental, le goûter, l’entendre, le toucher et le sentir passent désormais par l’étape visuelle (d’où la peur du noir ou… de la dégustation à l’aveugle !). Une belle femme y est présumée bonne, même si sa peau est rêche, ses exhalations fétides ou sa voix rauque. Mais il n’en va pas de même ailleurs où d’autres sensations (l’ « invu ») peuvent être identifiées ou à d’autres époques où l’on entend avant de voir (le Talmud, mais aussi l’islam très méfiant de la musique – le premier décret de l’ayatollah Khomeiny de retour en Iran avait été d’interdire les guitares).
Comme démontré ci-dessus, face au monde, l’homme n’est jamais œil, oreille, main, bouche ou nez, mais regard, écoute, toucher, gustation ou olfaction. D’ailleurs, la perception des couleurs selon les époques ou le méridien dans lequel vous vous situez n’est pas le moins étonnant des passages de cet ouvrage. Sept couleurs dans l’arc-en-ciel ? C’est vous qui le dites ! Grecs et Romains en distinguaient trois ou quatre, sauf Sénèque qui en trouvait cinq. De toutes manières, la langue arabe méconnaît le violet, l’indigo et l’orange. Newton lui-même, avide de symétrie, avait initialement distingué cinq couleurs dans l’arc-en-ciel, mais en avait rajouté deux pour être en conformité avec la gamme musicale, d’où l’ajout de l’orange et de l’indigo à la liste de cinq couleurs qu’il avait identifiées auparavant devant la Société royale des sciences de Londres !

La panne des sens

Pour ce qui devrait être la préoccupation principale de notre magazine, on remarque que la gustation, contrairement aux autres sens, implique l’immersion en soi. Elle apparaît en bouche au moment de la destruction de son objet qui se mêle alors à la chair en laissant sa trace sensible. Etre atteint d’agueusie* ou d’anosmie**, et c’est la fin du monde : tout sera fade car la perception gustative est stéréo : point de nez sans bouche et vice-versa.

Quatre saveurs, dites-vous ?


Là encore, là où l’Occident distingue quatre saveurs primaires, d’autres n’hésitent pas à reconnaître l’âpre, l’âcre, le piquant, le vif, l’acide, le gras, l’astringent, le muqueux… Une odeur peut d’ailleurs être sucrée ou salée (en Thaïlande). Mais au Sénégal, le salé, l’amer et le pimenté sont souvent considérés comme relevant d’une même perception

.
Même l'eau peut fire l'objet d'une littérature appropriée de la part des eaulogues, essentiellement en Chine et au Japon***.

Pour en revenir à l’acquis, on remarque que les enfants se laissent dicter leurs choix alimentaires. C’est le goût des autres, valorisé, qui les amène à apprécier les aliments autrefois écartés.

A noter un chapitre consacré au dégoût, mais là, on sort un peu du sujet dans la mesure où le dégoût est une émotion, et non un sens. Ce qui n’empêche pas l’intérêt du parcours gustatif de diverses déjections humaines ou animales ou encore de chairs déchiquetées issues de nos amis les animaux ou de nos frères les hommes ou de fromages qui ne laissent pas d'étonner les Chinois…

On l’aura compris, ce livre est passionnant, pédagogique, complet (vous ne le lirez pas en une heure).

Jean-Pierre JUMEZ

David Le Breton – La Saveur du Monde – Métailié – 20 euros en France métropolitaine.

* perte de la perception des saveurs
** perte de la sensation olfactive
*** un site rend même hommage à la littérature aquaphile


Travaux : ça va être votre fête !

Ce petit livre fait partie des meilleures ventes du moment. Une équipe de travaux, c'est comme une équipe de cinéma : elle se constitue, elle fait la fête pendant le tournage et elle se sépare, pleine de souvenirs. Voilà pour l'ambiance.

Maintenant, selon le degré de l'arrosage de la fête, des corporations plus techniques que créatrices peuvent suivre des chemins inattendus. C'est le cas des couvreurs que décrit avec délectation l'auteur, Jean-Paul Dubois.

Les autres portraits de ce livre sont à l'avenant et prêtent à sourire. Mais la description de ces anecdotes ne saurait avoir la portée générale évoquée par les médias. Tous les électriciens russes ne se répandent pas en prières, tous les couvreurs ne commettent pas d'actes de grivèlerie et si les rivalités existent bien, les problèmes de synchronisation ne leur sont pas forcément attribuables.

Honnêtement, on espérait mieux de cet opuscule, car il couvre un thème porteur

A. LEONCE-LABOIE

Jean-Paul Dubois : Vous plaisantez, Monsieur Tanner - L'Olivier - 16,50 euros en France métropolitaine


.

(publicité)
ARE YOU READY FOR?

LACK OF ALCOHOL MAY BE HAZARDOUS TO YOUR HEALTH


La robe et le parfum: un vin griffé Azzaro



Loris AZZARO, artiste mécène (décédé en 2003) était Président d’honneur de Priorité Nature, une association dirigée par Jean Louis Da-Ré. Souhaitant que son nom aide à financer de façon durable ses projets, l’homme de confiance d’Azzaro lui présenta alors Frédéric Roger, œnologue, vigneron éleveur en Languedoc Roussillon.

Venait de naître l’union d’un grand nom de la haute couture et d’un vin languedocien.

Rien d’antinaturel dans cette union: le « nez » de l’œnologue, expert dans l’art de choisir, de sélectionner les matières premières, d’assembler les arômes, se rapproche du nez du parfumeur, magicien-alchimiste des senteurs. Les deux sont des artisans intransigeants et inventifs, créateurs de supports associés à des émotions durables.


Loris Azzaro était un méditerranéen profondément attaché à ses racines et son œuvre reflétait son amour pour l’atmosphère méridionale. Il puisait son inspiration dans les senteurs, les couleurs typiquement corsées des paysages. L’esprit de commerce éthique qui animait le créateur est actuellement perpétué par Jean Louis Da Ré.

Frédéric Roger est lui aussi un enfant de la Méditerranée. Né en terre de Languedoc, il reprend dans les années 80 la propriété familiale Château la Domèque.

Mais comment concilier les caprices du terroir avec l’image figée du parfum ?

comme les champenois

Simplement en regardant du côté des champenois. Fédéric Roger annonce des assemblages modélisés que l’on retrouvera dans chacune des bouteilles commercialisées sous le label Azzaro. Seules les bouteilles millésimées reflèteront les variations du terroir.

A une époque ou effectivement le champagne et le cognac échappent aux dommages de la frénésie, leur modèle économique ne peut qu’ouvrir de nouvelles voies.

C’est ainsi que l’acheteur d’un flacon de Passion by Azzaro Blanc, de couleur jaune doré, est assuré de trouver “un nez exprimant des senteurs de fenouil, de badiane étoilée, de tilleul et se combinant aux arômes de pêches blanches, et d’abricots bien mûrs. Sa bouche ample, ronde, volumineuse est structurée par les tanins de la vinification en fûts de chêne. Elle amène un côté toasté qui se marie aux arômes de fruits et de fleurs”.

A. LEONCE-LABOIE


Rolland : la Bulgarie touchée à son tour

Michel Rolland, conseiller en terroir-caisse

Michel Rolland (conseiller de 100 producteurs dans 12 pays) , est dorénavant consultant senior de Telish Wine Cellars dans le district de Pleven District (au nord u pays). Le nouveau projet englobera 200 hectares de vignobles. Les Bulgares espèrent ainsi exporter ailleurs que dans les pays frères. Une bonne manière de passer au terroir-caisse.

Sally O'GOULLOW


Le pays où le vin est moins cher

  • ChateauOnline a démasqué en Suisse, cépage inconnu : Gamaret Médaille d'Or à Paris 2005, 50 caisses, pas une de plus 14,60 € au lieu de 18 €* - "Huis-Clos" 2003, Saint-Julien AOC -• Saint-Julien à prix imbattable • 2003 millésime exceptionnel • Jeunes vignes d'un Cru Classé - 11,90 € la blle au lieu de 14,90 € par 12*
  • Vignobles Henri Bourdon: 1 carton de 6 bouteilles pour 72 € : 1 bouteille de La Rosée de Guibeau - 1 bouteille de Château Les Barails - 1 bouteille deChâteau Guibeau - 1 bouteille de Château Guibeau Sélection Henri Bourlon - 2 bouteilles de Château GUIBOT La Fourvieille ou 1 carton de 12 bouteilles pour 120 € : 2 bouteilles de La Rosée de Guibeau - 2 bouteilles de Château Les Barails - 2 bouteilles deChâteau Guibeau - 3 bouteilles de Château Guibeau Sélection Henri Bourlon - 3 bouteilles de Château GUIBOT La Fourvieille
  • 75cl.com : Saint Amour 2004 - Vignobles Robert Peigneaux, Mise en bouteille à la propriété - Pour accompagner la volaille, le gibier à plume et les abats. 8.01 € au lieu de 8.90 € - Chambolle Musigny 1er Cru Les Amoureuses 2003 - Domaine Robert Groffier - 136 € au lieu de 160 € (12 bouteilles)
  • Savour Club : Château Haut-Jeanguillon 2002, Bordeaux Supérieur - Château Vieux Vignol 2003, Premières Côtes-de-Blaye - Château Nerbesson 2001, AOC Bordeaux Supérieur - Château de La Roque 2002, Bordeaux : 3 bouteilles de chaque pour 49 €
  • Les Caves de Virginie : BORDEAUX : Château la Croix de Pallard - 1ères côtes de Blaye 2001 : 5.80EUR au lieu de 8.30EUR - BEAUJOLAIS : Domaine des Gatilles - Chiroubles 2003 : 6.50EUR au lieu de 8.70EUR - LANGUEDOC : Domaine de Familongue - Côteaux du Languedoc 2003 : 8.30EUR au lieu de 10.40EUR - BOURGOGNE : Domaine Girardin - Pommard 2002 : 17.40EUR au lieu de 20.50EUR - Domaine des Garances - Côtes du Rhône 2003 : 4,20 € au lieu de 5,20 € - Domaine Girardin - Bourgogne Aligoté 2002 : 4,50 € au lieu de 5,95 € - Château Bellevue - Haut Médoc Cru Bourgeois 1999 : 8,20 € au lieu de 10,70 € : Domaine Meuneveaux - Aloxe Corton 2003 :
    15,95 € au lieu de 19,80 €

(publicité)

La Nouvelle carte de Pomze !


Cet hiver, Pomze vous propose une nouvelle carte résolument internationale : Chowder de moules, Pumpernikel aux pommes poêlées, Cuisse d’oie en Bramborak de Bohême et chou rouge aux pommes, Risotto de Saint-Jacques aux pommes safranées...

En dessert, laissez-vous tenter par le Kaiserschmachen aux pommes ou la Pyramide d’hiver au chocolat noir et crème de calvados.

N'hésitez pas à nous contacter par téléphone ou par mail, pour tout complément d'information, ou pour réserver votre table.

A bientôt chez Pomze ! Daniel Dayan et toute l'équipe Pomze

Restaurant - Bar - Boutique - 109, boulevard Haussmann - 75008 Paris - Tél. 01 42 65 65 83 - Fax. 01 42 65 30 03


Préférez-vous le bourgogne, le bordeaux ou le sud de france ?

Des bagarres franco-françaises entre appellation, cela déroute les marchés internationaux. Les quatre syndicats rivaux CIVI, CIVR, Vins de Pays d'Oc et Vins de pays du Languedoc-Roussillon ont quand même préféré survivre. Des ambassades seront ouvertes à Londres, Boston, Milan, Sao Paulo et Shanghaï pour permettre d'écouler les 15 millions d'hectolitres de bon vin qui finalement n'auront pas le label "septimanie". Une réponse au marasme qui secoue la région ? Les intentions d'arrachage pour 2006 se montent à 12.500 hectares, soit 4,6% du vignoble de la région.

(Midi Libre)


Beaujolais : Ouverture d’une « ambassade » à Lyon

Le conseil d’administration d’Inter Beaujolais a pris la décision d’ouvrir une « ambassade » dans la maison dite « du Chamarier », dans le Vieux Lyon. Cette vitrine permanente du vignoble et de ses produits veut être un lieu de vie et de passage, d’échanges et de rencontres entre tous les partenaires du Beaujolais, les consommateurs (Lyonnais, touristes étrangers, groupes scolaires…) et les producteurs du Pays Beaujolais. Construite par François d’Estaing de 1496 à 1516, la maison du Chamarier est un magnifique bâtiment de la Renaissance situé au cœur du Vieux Lyon, quartier hautement touristique et fréquenté chaque année par des millions de visiteurs.

« Il n'est pas de création sans stimulant »

(Catherine Clément)

50.000 dollars la bouteille

Cela fait cher la lampée. Mais c'est le prix adjugé pour chacune des deux bouteilles du nectar espagnol vega sicilia unico, respectivement 1987 et 1989 - au festival Naples Winter Wine (Floride).


Noyez vos glaçons dans l'alcool

D'après une récente étude conduite en Floride, 70% des glaçons servis dans la restauration rapide contiennent plus de bactéries que l'eau des toilettes.


Dérégulation des heures de fermeture des pubs

La modération triomphe

Depuis que nos amis Anglais ne sont plus forcés de se noyer avant la fatidique fermeture (fin 2005), les chiffres parlent d'eux-mêmes : par rapport à la même période en 2004, baisse de 21% des délits liés au binge drinking,


Les crus croissent

« Vinsobres » a reçu l'appellation « premier Cru des Côtes du Rhône en Drôme Provençale » le 15 février dernier.


Prix de la truffe : une question d'appréciation

An 1989, à la Foire de Canton, un jeune français présente une truffe à un distributeur d'état de champignons, révélant imprudemment le prix payé en France pour cette boule de gomme. Par l'odeur de la truffe alléché, Monsieur Wu a fait quelques recherches et a rencontré un vieux paysan à Kunming qui lui a indiqué que dans son village, on donnait de champignon aux ports car" ils faisaient de plus beaux cochonnets". Et de montrer les stocks empilés devants les fermes locales. Généreux, Monsieur Wu en a offert 10 yuans le kilo (1 euro) et vit désormais, à 67 ans, une confortable retraite (The Daily Telegraph).


Pot-au-feu d'abats (mamelles, testicules, groins, oreilles, langues)

Une recette rugueuse contre la rigueur

Éplucher et laver les légumes. Mettre toutes les viandes sauf les testicules dans une grande marmite. Porter à ébullition. Rincer, laver les viandes et les remettre dans la marmite. Ajouter tous les légumes entiers et recouvrir d'eau. Assaisonner avec sel, poivre, clou de girofle, anis étoilé, baies de genièvre, poivre noir en grains. Laisser cuire 40 min. Retirer les langues d'agneaux, les faire tiédir puis les éplucher. Réserver les langues sur un linge humide. Cuire le reste des viandes encore 40 min. Ajouter les rognons et cuire encore 10 min. Égoutter les oreilles et les mamelles. Laisser les groins et les testicules dans la marmite. Tailler les légumes en morceaux et les remettre dans le bouillon. Tailler finement les oreilles et les mamelles et remettre tout dans la marmite. Rajouter les langues, le piquillos taillé en julienne, vérifier l'assaisonnement et servir.

INGRÉDIENTS POUR 4 PERSONNES

4 testicules d'agneaux , 4 groins de cochons , 1 oreille de cochon, 4 langues d'agneaux , 300 g. de mamelles de vache - 4 carottes,, 2 poireaux, 2 oignons, 50 gr de piquillos, 1 demi-chou vert, 2 gousses d'ail, 1 clou de girofle, 5 baies de genièvre, 1 anis étoilé, 1 cuillère à café de poivre noir en grains.

Recette proposée par Yves Camdeborde (Le Comptoir du Relais) 9, carrefour de l'Odéon à Paris, relayée par Beaux Arts Magazine


L'inspiration commence par le vin

En 1933, Romain Gary (alors Romain Kacew), écrivait son premier roman "Vin des morts". Trop sulfureux pour un auteur inconnu, il fut refusé par tous les éditeurs. Le manuscrit vient d'être retrouvé lors d'une vente aux enchères, mais l'héritier de notre ex-Consul-Général à Los Angeles, Alexandre Diego-Gary, refuse sa publication. "Ça bondissait, ça tanguait, ça se répandait, se ramassait, bavait, grouillait, pétait, se cognait, dégueulait, se touchait, urinait, se déroulait, s'enroulait...". Un si beau programme pourtant refusé à la postérité.

(Le Monde)


Le hot wine du mois

Selon le Wine Spectator, le meilleur vin goûté en février 2006 a été le Nuits-St.-Georges La Richemone Vieilles Vignes 2003 (Christophe Perrot-Minot) : 95 points. Commentaire : " Dense and brooding, this red is full of blackberry, plum, chocolate and spice aromas and flavors. It’s supple in texture, yet has a stiff spine of tannins and freshness. Great length and energy on the finish, with a hint of mint on the aftertaste. Best from 2008 through 2025"


Le vin, support électoral

Philippe de Villiers reconnaît volontiers qu'il ne connaît pas bien le vin. Mais l'électorat, si ! Donc, face à son auditoire vauclusien le 9 février, et face à l'islamisation rampante, il a jeté un tonitruant "défendons la civilisation du vin". Et, dans la foulée, il a ajouté : "Il faut choisir un président qui aime le vin et non la bière".


Manhattan en bus-mouche

"Party Ride", c'est un bus spécialement aménagé qui fait le tour de Manhattan pour des clients qui font la fête à bord en regardant défiler les rues et les avenues. A bord, plein de filles, de vodka, de champagne, de musique pour des danses rythmées par les nids de poule légendaires de la Grande Pomme.


Où trouve-t-on du vin de noix de cajou ?

Dans l'archipel des Bijagos, bien sûr, au large de la Guinée Bissau.


Ampélothérapie

Massage à quatre mains à l'essence de vin : c'est à l'hôtel Golf Peralada***** (Catalogne)


Publication judiciaire

Par jugement du 1 juin 2004 confirmé par l’arrêt de la Cour d’Appel de Bordeaux du 28 novembre 2005, le T.G.I. de Bordeaux a : « dit que l'usage par la SCEA Domaine de BeycheveUe (actuellement dénommée SCEA Château l'Insoumise) des dénominations "Domaine de Beychevelle" et "Domaine de Bechevelle" à titre de marque, de nom commercial ou de dénomination sociale constitue la contrefaçon de la marque "Château Beychevelle" et une atteinte à la dénomination sociale et au nom commercial "Château Beychevelle" dont est titulaire la Société Civile Château Beychevelle - interdit à la SCEA Château l'Insoumise d'utiliser sous quelque forme que ce soit les dénominations "Beychevelle" et "Bechevelle", sous 1astreinte de 1.500 € par infraction constatée - condamné la SCEA Château l'Insoumise à payer à la Société Château Beychevelle une indemnité à titre de dommages et intérêts et au titre de l'article 700 du NCPC - autorisé la publication de sa décision dans 3 journaux ou revues au choix de la Société Château BeycheVelle aux frais de la SCEA Château l'Insoumise. Pour extrait conforme,
Christian HOLLIER-LAROUSSE, Avocat au Barreau de Paris


Franchement, attendez un peu avant de reprendre le volant


27 février au 3 mars : Castro tourne son treillis!

C'est désormais l'armagnac qui accompagne la présentation des cigares au Trophée Habanos de Cuba. Tournant le dos au whisky, Fidel Castro (présent aux festivités) semble avoir tourné son treillis. Quelle havanie !

Jean FUMAY


1er mars : fin des inscriptions à Topvinis

L’objectif des Grands Prix Top Vinis est de distinguer les crus ou les marques dont le rapport image-qualité-prix est performant.
Les vins sont notés dans l’absolu et non les uns contre les autres. La compétition Top Vinis valorise les professionnels les plus dynamiques et leur attribue des Top Vinis de Bronze, d’Argent, ou d’Or. Tous les Top Vinis d’Or concourent pour les Grands Prix Top Vinis de chaque région attribués lors des cérémonies de clôture du Congrès à Bordeaux et à Paris. Le palmarès du Top Vinis est publié dans Le Figaro, la Revue du Vin de France et l’Expression.


2 mars : soldes chez Taillevent

meursault En la Barre 2003 (Jobard) : 35 euros ; Chapelle de la Mission Haut-Brion 2002 : 24 euros, etc. (Le Figaro)

Taillevent, 99, rue du Fg Saint Honoré 01 45 61 14 09 - jusqu'au 28 mars


2 MARS : Churchill & Double Corona #3

La découverte ou la redécouverte des modules churchill & double corona est passionnante. Ces belles vitoles demandent de l'attention et du temps, à l'inverse de la tendance actuelle : fumer vite et gros, tendance qui s'observe dans les nouveaux formats disponibles toujours plus larges et souvent plus courts.

à 20h 30 au "W" Bar - 5 rue de Berri - Paris 8ème (45 euros)


3 mars : 160.000 dollars !

Pour 6 bouteilles de romanée-conti, adjugées à New York


4 & 5 mars : Salon des vins et terroirs de France

à Vichy


6 mars : ouverture de LA VIGNE A TABLE

Nouveau restaurant de La Maison des Vins Côtes de Provence aux Arcs sur Argens piloté par le Belge Vincent ROUARD (Alain Chapel, Marc Veyrat, La Réserve de Beaulieu, La Palme d’Or au Martinez de Cannes, le restaurant La Coupole de l’Hôtel Mirabeau à Monaco, La Bastide de Capelongue à Bonnieux-en-Provence…) et Patrice LAFON (Le Crillon, La Chèvre d’Or, le Majestic…).

Tél. 04 94 47 48 47 – Email



10 au 12 mars : Salon des vins et terroirs de France

à Lyon Villeurbanne


10 - 13 mars : Italissima

La gastronomie italienne à l'honneur au Carrousel du Louvre à Paris.

Signalons aussi l'ouverture de Settimo, dans le 7è arrondissement (cuisine romaine), et de Mori Venice Bar (cuisine vénitienne) 2 rue du Quatre Septembre dans le 2è à Paris : chaque région italienne offre une cuisine spécifique. La notion de restaurant italien est aussi vague que celle de restaurant européen ou restaurant chinois.


13 mars : 19ème Concours du Meilleur jeune sommelier

Organisé par l'UDSF: 80 candidats s'affrontent pour ce 19è millésime



20 mars : présentation du millésime 2005 des côtes-de-provence

130 viticulteurs seront fiers de présenter leur production de 11h00 à 16h00 aux Arcs/Argens (83 460) - Maison des Vins. Contact


24 mars au 23 avril : Journées nationales du livre et du vin

On s'intéressera cette année à Saumur à Jean Carmet et l'hédonisme à la française. Organisateur : Patrice Monmousseau.


25 mars à Bordeaux : Autant en emporte le vin

Rencontre avec le romancier François Vignes - "Les compagnons du Verre à soif" (Le Cherche Midi, 2002), prix Georges-Brassens ; "La confrérie des Bistroglodytes" (Le Cherche Midi, 2004) et le comédien et écrivain Claude Andrzejewski - "Une petite tristesse" (La Dragonne, 2001) ; "Du vin, du vent" (La Dragonne, 2004).

Deux auteurs qui mettent en scène, avec humour, poésie et nostalgie l'univers des derniers bistros : tavernes, estaminets, cafés, troquets... comme autant de métaphores de l'existence... Le zinc est un "contoir" où l'on se saoule de paroles autant que de vin. On y trinque "à la tendresse-bordel [...], à la mémoire des copains disparus" (F. Vignes). Loin de la célébration de beuveries, c'est plutôt de l'enivrement baudelairien qu'il s'agit, celui des départs sans retours et des amours chimériques... "Ce qui compte, c'est moins le bistrot que le chemin qui y mène. Un rêve, une petite mythologie se fabrique en route" (C. Andrzejewski). Dans ces lieux de haute solitude, où, "certains soirs, les verres [ne sont] pas assez profonds pour noyer [la sienne]" (F. Vignes), où se croisent des vies égarées, se jouent des scènes parfois lumineuses, souvent désespérées. Avec, en toile de fond, quelques ombres portées, comme celles du poète André Laude ou de l'écrivain Jean-Claude Pirotte...

Samedi 25 mars 2006, 17h00 - Librairie La Machine à Lire - 8, Place du Parlement, 33000 Bordeaux

(Cepdivin)


30 mars : Premier salon des vins d’Istambul

Le premier salon des Vins d'Istambul sera organisé à la même période (du 30 mars au premier avril 2006) que le 5ème GOURMEX FAIR. Avec 9,8% en 2004 et 5,5% en 2005, la Turquie a un des taux de croissance les plus rapides du monde et 47,2% de sa population a entre 20 - 55 ans !
Ce premier salon des vins d'Istanbul accueillera les producteurs turques (avec le lancement national des Vins d’Anatolie) et des producteurs étrangers. La tradition gastronomique d'Istanboul est une des plus intéressantes et les consommateurs turques s’ouvrent au monde. La consommation de vin entre 2002 et 2005 a augmenté de 50% en Turquie. Les organisateurs espèrent bien attirés, sur ce premier salon tous les winelowers turcs.
En 2007, le salon se déplacera au centre d’exposition international d’Istambul et occupera 9000 m².


Et toujours : LE GUIDE MONDIAL DE LA GUEULE DE BOIS - toutes les boissons du monde selon trois catégories :

=   = =

Le monde est réparti en "continents" : Aquavitland, Beerland, Vodkaland, Wineland... De multiples liens sont proposés permettant de comprendre la nature du nectar en question et de faire vos choix. 5000 bières testées et notées, des centaines de vodkas, des fiches descriptives... Une liste alphabétique vous permet une approche géostratégique raisonnée. Vos témoignages permettent une mise à jour permanente. Suivez le Guide !

« Les pouvoirs publics nous appellent à réduire notre consommation d'eau. Les viticulteurs souhaiteraient que nous buvions davantage de vin. Où est le problème ? »

(Philippe Bouvard)

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) - pafmag@pafmag.com

a

Fabricant et importateur d’eaux de vie, de liqueurs et de vin doux en Suisse




Pour toutes vos traductions spécialisées - 01 42 68 18 14


Autour d'une fontaine, une table raffinée au coeur de Paris 8è


www.jours-feries.com

Où et quand fait-on la fête dans le monde ? 560 pays et états de 2000 à 2040

Copyright © 2006 PAFmag. All rights reserved.