TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)

LA REDACTION

L'ours et les plaideurs

Contactez-nous

  Le monde selon l'alcool
POURVU QU'ON AIT LIVRESQUE

Normals, mais pas banaux

L’amour à fond, la liberté à mort. « Tous des fous !», clame candidement Alexandre Jardin en décrivant à l’envi les turpitudes de ses ascendants.

En fait, hormis le grand-papa (le Nain Jaune) qui a bu dans tous les abreuvoirs – y compris vichyssois – AJ adore et nous fait adorer ses personnages, à tel point qu’il force souvent le trait. Mais, se défend-il « comme tous les imaginatifs qui ont la prétention d’être sincères, je reste un mensonge qui dit la vérité ». Et si c’était cela, la littérature ?

Virer les prudes et les prudents

On a compris : pour lui (comme pour nous !) les gens normaux ne sont pas ceux que l’on pense. La polyfidélité affichée de ses parents et aïeux est monstrueuse, je vous dis ! Ouais. Pas si monstrueuse lorsqu’on considère l’harmonie qui règne sur le parc de la bagatelle au bord du Léman. Les fruits de l’amour sont élevés dans l’amour, justement. Et, si l’on en juge par la qualité stupéfiante de son écriture, AJ est bien réussi.

 

Zaza, compagne et convive

L’ami Salgues est pacsé avec une guenon héroïnomane ! Mais c’est ignominieux ! Sauf que les funérailles de la défunte guenon sont un événement mondain (et burlesque). Purger la terre de tous les prudents, mais vous vous rendez compte ! Ben nous, ça nous va, comme programme.

Les annales de Couve de Murville sont sans fondement

La présence du glacial Premier ministre dans ce monde libertaire permet à AJ de donner libre cours à son humour, où (là aussi) il excelle. La cérémonie du lavement que Couve décline vaut vraiment le jus.

Alexandre qui rit, Alexandre qui pleure

AJ classifie néanmoins ses effarouchements benoîts : il y a les fous bons (les libertaires) pour lesquels son admiration est patente, et les fous mauvais (les trafiquants d’argent - et le Nain Jaune n'est pas épargné - ou d’image – telle l’incroyable duplicité de cette grande vedette qui organise son propre guet-apens paparazzesque).


Cet époustouflant ouvrage est trop charnu, drolatique, sensuel pour être à la portée d'un simple chroniqueur. Nous avons affaire à un judoka qui tend une main secourable à son interlocuteur pour mieux le mettre au tapis.

Le coup de grâce est d'ailleurs asséné magistralement par un surprenant dénouement, qui crédibilise les chapitres antérieurs.

De grâce, malgré son succès en librairie, lisez-le ! Cette oeuvre jubilatoire vous préservera de tout risque de sinistrose.

Jean-Pierre JUMEZ

Le Roman des Jardin, Grasset. 18 euros en France métropolitaine.

PAFMAG.COM : le bon goût au plus haut degré

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) - pafmag@pafmag.com


Fabricant et importateur d’eaux de vie, de liqueurs et de vin doux en Suisse




Pour toutes vos traductions spécialisées
- 01 42 68 18 14


Autour d'une fontaine, une table raffinée au coeur de Paris 8è

Copyright © 2007 PAFmag. All rights reserved.