TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)

LA REDACTION

L'ours et les plaideurs

Contactez-nous

  Le monde selon l'alcool
- Gorbatchev, arracheur de vignes par Igor TOPOROVSKI
- Campagne anti-alcoolique en France : bonjour l'intox ! par A. LEONCE-LABOIE
- La loi des pisse-vinaigre L'Action Française
- La loi Evin L'Humanité
- Imbuvable réalité L'Itinérant
- France-Inter s'y met aussi ! s
Gorbatchev, arracheur de vignes, par Igor Toporovski

Igor Toporovski est un jeune historien et politologue russe. Son rôle de go between le conduit à être actif aussi bien à Moscou qu'à Bruxelles. En tant qu'homme remarquablement posé et réfléchi, Igor Toporovski est doté d'un esprit critique hors pair. Mais lorsque nous lui avons demandé si la politique de répression des boissons alcoolisées conduite par Gorbatchev dès son accession au pouvoir n'était pas prémonitoire de la déliquescence de l'état, il s'enflamme: "Absolument ! Toute personne sensée devait comprendre qu'un homme capable de prendre de telles décisions ne pouvait se mesurer à l'expérience des 13 membres du Politbureau, dont l'âge additionné totalisait... 1200 ans!

Interview conduite autour de kir, de porto et de bière pression.

Mais quel est donc le rapport entre la vodka et le système soviétique ?

Le système soviétique, tout comme le système russe, repose sur une centralisation qu'on imagine à peine en Occident. C'est le véritable ciment de populations éloignées et disparates. Enlever une brique de ce système, c'est menacer la stabilité du mur. L'un des éléments les plus importants du système politique et économique, c'est la vodka.

- politique: la culture de la vodka est un reflet de la présence russe. C'est un baromètre de son influence dans le monde. Pour beaucoup d'Afghans, l'arrivée des moujahidins signifie l'interdiction de la vodka. Les pays baltes indépendants sont encore... dépendants de la vodka. On parle une cinquantaine de langues dans le Caucase, mais on y boit partout de la vodka.

- économique: avec des revenus de 60 milliards de roubles (en 1985), l'Etat trouvait un équilibre budgétaire qui évitait pratiquement l'impôt direct, et contribuait donc à une protection sociale exemplaire. En décidant de détruire ce secteur, Michael Gorbatchev a manqué de clairvoyance. En ébranlant ainsi les structures de l'Etat, il a touché au mystère kafkaien qui le sacralisait. En enlevant au peuple sa source de vie, il a déclenché le mécontentement qui s'est très vite transformé en mépris du jamais vu. Le peuple a donc commencé à mettre le système en cause. Gorbatchev étai définitivement déconsidéré, aussi bien du peuple que de ses pairs.

Comment a-t-il procédé ?

Il a fermé les usines, a demandé aux secrétaires du P.C. de superviser eux-mêmes mensuellement l'arrachage des vignes, ce qui a conduit à d'horribles drames, en particulier au suicide de collectionneurs et de vignerons, attachés depuis des siècles à leur terroir. Gorbatchev a imposé des lois iniques: interdiction de consommer de l'alcool dans les lieux publics avant 15h. Résultat: les habitudes ont été modifiées en conséquence, que ce soit dans les restaurants ou dans les Ministères. Les visiteurs officiels ne commençaient les banquets qu'à 15h, pour éviter l'humiliation de l'eau.

Quel fut l’effet de cette prohibition ?

Prévisible, bien sûr: on fit sa propre vodka (samagon) à partir de n'importe quoi. Boire devenait d'autant plus nécessaire que c'était interdit. Cela favorisa aussi l'arrivée de la drogue, produite essentiellement en Asie Centrale et dans le Caucase. Bref, toutes les conséquences qu'on peut attendre de ce genre d'interdiction.

"Je crois que le bonheur vient aux hommes qui naissent là où l'on trouve du bon vin"

(Léonard de Vinci)

Mais l'alcoolisme était un véritable fléau?

Assurément. En 1985, la situation était catastrophique, tant dans les usines où les ouvriers faisaient un nombre incalculable de "teabreaks" améliorés que dans les campagnes. Des familles entières étaient décimées par l'alcoolisme. Des mesures étaient nécessaires.

Alors, que fallait-il qu'il fît ?

Il ne fallait pas lutter par la répression, mais par l'action sociale.

Et maintenant ?

La situation reste la même; Le problème n'est toujours pas résolu. La production reste très insuffisante. Une bouteille de vodka coûte 10% du revenu mensuel moyen. On fait appel à l'importation de vins et d'alcools venus de surplus européens plus ou moins douteux. Evidemment, la politique de Boris Eltsine a été sensiblement différente dans ce domaine...

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) - pafmag@pafmag.com

- Gorbatchev, arracheur de vignes par Igor TOPOROVSKI
- Campagne anti-alcoolique en France : bonjour l'intox ! par A. LEONCE-LABOIE
- La loi des pisse-vinaigre L'Action Française
- La loi Evin L'Humanité
- Imbuvable réalité L'Itinérant -->
Copyright © 2005 PAFmag. All rights reserved.