TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)
  Le monde selon l'alcool
- Chemtrails : les vignes dégustent ! par Sylvain HAIBON
- Richard Gotainer : La Goutte au Pépère par Justin PETIT-DERNIER
- Sylvain Tesson : voyage au bout de la vodka par Vera GROG
- L'ivresse est chose grave par Renaud MATIGNON
- Soignez-vous par le vin par A. LÉONCE-LABOIE
- Jeu de Paume : Bruno Prats s'exprime par Sylvain HAIBON
- Tegestophile et éthylabelophile par JP JUMEZ
- Vins et restaurants : les retrouvailles par Oscar CABALLERO
- Le climat raconté par le pinot de Bourgogne (Le Figaro)
- Réveillon : tristes tropiques pour Pierre Block par Justin PETIT-DERNIER
- Les Rituels de la Dégustation par Marie-Reine de Jaham
- Yougoslavie : ivres de pouvoir par Jean-Pierre JUMEZ
- Urothérapie : boire en vase clos par Sally O'GOULLOW
- Gouverner pas les bulles du PAF états généraux aux 3 Mailletz
- La vierge et la vigne par Q. SEK
- Edgar Faure, le vin et la verve par Brigitte FOURNAUD
Ex-Yougoslavie : ivres de pouvoirs par Jean-Pierre Jumez

LA TROISIÈME VAGUE AU SEC

Pas de ciné, pas de théâtre, pas de musée, pas de resto, pas de bar, pas de dîner, pas de réveillon, pas de ski…

À toutes ces joyeusetés, on ajoute un petit mois de janvier sans alcool !

31 jours sans s’en jeter un, en voilà, un beau défi !

En attendant février et ses 28 jours sans sexe, mars sans dessert, et avril sans eau, pour se retrouver en pleine forme en novembre avec le mois sans tabac, et finir dans la peau d’un ascète à sec ?

Le coronavirus, cette fois-ci, n’y est pour rien, il est joyeux propagandiste du « dry January », ne sont pas à chercher du côté des pères sévère de la macronie, qui ont transformé les fêtards taulards.

Non, le concept vient d’Angleterre et il a été repris l’an dernier dans l’Hexagone par des associations d’addictologues.

Le lobby de l’alcool n’a pas voulu participer à la première édition, on se demande bien pourquoi, et le gouvernement est resté neutre, pour ne pas mettre la boisson à son débit.

L’idée du janvier sec serait pourtant festif, ce qui consiste, à l’aide d’une application ludique (Try Dry), à jouer à la baisse sa consommation d’alcool.

Laquelle a, paraît-il, augmenté à l’occasion déconfinement.

mois_sans_alcool

Fortiches, les Français : plus les bars ferment, et plus ils picolent, moins ils ont droit d’aller sur les plages et plus ils se noient dans l’alcool.

L’industrie viticole dément, qui jure avoir suffisamment trinqué.

Le champagne pousse le bouchon qui annonce 1 milliard de pertes.

Droit dans leur masque, les adeptes du janvier sec ne se laissent pas attendrir.

Ils assurent que la diète rapporte gros : « meilleur sommeil, regain d’énergie, teint plus frais, plus de facilité à se concentrer »

Sans parler des économies en liquide.

Mais attention, si arrêter de lever le coude peut éviter les tendinites, l’abstinence, même sans modération, ne vaccine pas contre le Covid.

Et tous ceux qui ont un peu de bouteille le savent : rien de plus triste qu’une mise en bière sans alcool.

 

Le Canard Enchaïné (6/1/2021)



Qu'est-ce qu'un abstème ?

voir la réponse



Boire du vin, c’est être bon catholique !

(Béroalde de Verville)

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) -




Copyright © 2005-2021 PAFmag. All rights reserved.