TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)
  Le monde selon l'alcool
- Chemtrails : les vignes dégustent ! par Sylvain HAIBON
- Richard Gotainer : La Goutte au Pépère par Justin PETIT-DERNIER
- Sylvain Tesson : voyage au bout de la vodka par Vera GROG
- L'ivresse est chose grave par Renaud MATIGNON
- Soignez-vous par le vin par A. LÉONCE-LABOIE
- Jeu de Paume : Bruno Prats s'exprime par Sylvain HAIBON
- Tegestophile et éthylabelophile par JP JUMEZ
- Vins et restaurants : les retrouvailles par Oscar CABALLERO
- Le climat raconté par le pinot de Bourgogne (Le Figaro)
- Réveillon : tristes tropiques pour Pierre Block par Justin PETIT-DERNIER
- Les Rituels de la Dégustation par Marie-Reine de Jaham
- Yougoslavie : ivres de pouvoir par Jean-Pierre JUMEZ
- Urothérapie : boire en vase clos par Sally O'GOULLOW
- Gouverner pas les bulles du PAF états généraux aux 3 Mailletz
- La vierge et la vigne par Q. SEK
- Edgar Faure, le vin et la verve par Brigitte FOURNAUD
Chemtrails : les vignes dégustent ! par Sylvain HAIBON

Au petit matin, émerveillé, vous vous pâmez devant votre vigne finissant d’absorber la rosée que le ciel lui a dispensée tout au long de la nuit.

[NDLR : cet article suscite un certain nombre de réactions de lecteurs ; nous les publions au fur et à mesure en bas de page]

Vos tendres méditations sont soudain interrompues par un bal aérien (en général un groupe de 3 à 5 gros avions, qui voyagent la nuit ou au petit matin, y compris au-dessus des grandes villes). Tiens ! A l’inverse des « contrails »*, qui disparaissent (s’évaporent !) rapidement, les tracés restent en suspension ; ils se recroquevillent en boules, entraînant une fine trame nuageuse ; un film grisâtre opacifie l’atmosphère ; ou encore un arc-en-ciel se forme autour du soleil**. Par Bacchus, quel spectacle !

Nombre d'organisations de part et d'autre de l'Atlantique interprètent ce phénomène de manière plus ou moins empirique. Mais l'enquête conduite par notre confrère suisse le Journal de Franz Weber dépasse le stade de la rumeur orchestrée par des réseaux bien organisés sur le Web ; même si l'on attend toujours une photo certifiée d'une escadrille en action, cette enquête semble basée sur des faits avérés et émane d'un organe bien connu pour son franc-parler et sa rigueur. Elle est particulièremnet circonstanciée. Horresco referens (je frémis en le racontant). Votre plantation serait tout simplement protégée par l’OTAN, dont la mission salvatrice ne se limiterait pas au bombardement d’une capitale européenne avec de l’uranium, certes appauvri, mais tenace**.

En effet, la maîtrise du climat est aujourd’hui un enjeu stratégique autrement plus important que les 480 bombinettes stockées dans diverses caves d'Europe***. C’est aussi un enjeu économique. Donc on s’en occupe, rassurez-vous.

Le château de Chillon sur le lac Léman domine un superbe terroir auréolé (été 2004) : naturel ou chimique ?
photo Journal Franz Weber

Depuis la fin des années 90, pour parer les dérèglements du climat – et par voie de ricochet pour tenter de le contrôler – nos arroseurs ensemenceraient l’atmosphère de leurs protectorats à l’aide d’un mélange de sel de baryum et de poudre d’aluminium, selon un brevet déposé en 1991 auprès du US Patent & Trademark Office.(l'Inpi étasunien). Les augustes Boeing semeurs décolleraient de bases situées au Royaume-Uni.

Au contact de l'air, le baryum subit en quelque sorte une fermentation : il se transforme en oxyde de baryum, qui fixe et neutralise les molécules de dioxyde de carbone (le grand coupable du réchauffement climatique qui, soit dit en passant, a l'avantage de limiter la chaptalisation). L’aluminium, pour sa part, renvoie dans l’univers la lumière ultraviolette. Les minuscules particules fournissent un moyen pour convertir l'énergie calorifique infrarouge en radiations infrarouges lointaines (au niveau spectral) qui sont rayonnées dans l'espace . Ces deux éléments forment accessoirement un champ électrique diffus provoquant des « orages secs », dont le but est de produire un ozone artificiel sur les zones... arrosées.

ci-dessus : Paris, le 21 avril 2004 et ci-dessous : le 4 avril 2004 (photos www.chemtrails-france.com)

Identifiés par des traînées nuageuses et une coloration bleu pâle du ciel, ces chemtrails - qui ne sont donc pas des "contrails" (traînées de condensation ) - protègent donc votre vigne des rayonnements qui pourraient lui nuire.

"Que Dieu te donne rosée des cieux, graisse de la terre, froment et vin en abondance",

(Le livre de la Genèse 27 : 28)

Sans ces vigilants observateurs suisses – vignerons ou non –, tout irait pour le mieux dans le moins mauvais des mondes. Mais pour les Helvètes, la nature est un don inaliénable. Donc pas touche ! Des bals aériens, certes gracieux, mais inexpliqués par les autorités, une pollution de lacs et de la neige par le baryum et l’aluminium (coïncidence !)… il n’en faut pas plus pour soulever le lièvre, et trouver dans Le Journal de Franz Weber****, l’organe central des défenseurs des valeurs naturelles, cette enquête approfondie et terrifiante sur le sujet. Tiens ! On y découvre aussi que certains hauts responsables suisses n’ont rien à envier à leurs collègues français en matière de cachotteries.


Surtout n’achetez pas ce trimestriel si vous voulez dormir tranquille !

* Contrail = condensation trail ; Chem trail = chemical trail
** (signe de la lumière du soleil diffractée par l’aluminium)
*** selon Natural Resource Defence Council : 150 en Allemagne, 110 au Royaume-Uni, 90 en Turquie, 90 en Italie, 20 aux Pays-Bas et 20 en Belgique
**** il faudra des siècles pour que la Serbie/Montenegro, mais aussi toute l’Adriatique soient dépolluées de ce poison
***** abonnements : Case Postale CH 1820, Montreux, Suisse - 16 euros par an

L'inquiétude ne se limite pas aux observateurs suisses. Grapillés au gré de l'Internet : en France www.chemtrails-france.com/, en Allemagne www.chemtrail.de, en Suisse www.chemtrails.ch


REACTIONS A CET ARTICLE :

« A l'heure actuelle, il y a plus de cent mille vaisseaux gigantesques stationnés en orbite autour de la planète Vénus. Ils sont en état de matérialisation éthérique que nos yeux et nos appareils ne peuvent pas détecter. Ils sont à chaque seconde en état d'alerte N01 et pourraient donc déclencher au moment de leur choix l'opération «évacuation de la Terre»... Que celui qui désire être sauvé s'avance!»

C'est ce que l'on pouvait lire au printemps 1988 dans le « Journal Franz Weber », sous la plume de la rédactrice en chef de ce trimestriel tiré à 500 000 exemplaires[1].

Si vous lisiez ce texte aujourd'hui, qu'en penseriez-vous ?

Franz Weber continue à vendre son journal.

En 2004 / 2005, après le passage de Venus devant le soleil et après l'exploration de Mars et de Titan par nos astronomes, il ne peut plus être question d'OVNI, il faut trouver une autre menace pour augmenter les ventes d'un magazine publié pour le segment de marché constitué par les défenseurs de l'environnement.

Certains, comme les scientologues, prévoient la destruction de la terre par une météorite, d'autres ont calculé l'existence d'univers parallèles grâce à une interprétation non scientifique de la "théorie des cordes" (faux documentaires américains récemment diffusés par la chaîne ARTE). Livres, manuels de survie, fondations diverses procurent des rentrées d'argent non négligeables. Des chercheurs obtiennent des budgets pour approfondir les études. Des industriels obtiennent des subventions ou des marchés pour sécuriser la planète…

C'est dans ce contexte que Franz Weber pense probablement à tous les amateurs de science-fiction qui raffolent de grands frissons. Il fait publier dans son journal suisse (en langue allemande) l'article de Gabriel Stetter sur une horrible menace venant du ciel : les "Chemtrails". Il s'agirait d'un complot mené par les grandes puissances contre l'humanité. L'agent "Deep Shield" qui aurait révélé cette horreur, serait décédé de manière inexpliquée. Selon ce témoin disparu, des avions déverseraient en permanence un mélange de substances toxiques dans l'atmosphère, afin de dérégler le climat. Pour preuve, Gabriel Stetter invoque les traces laissées par les avions[2] dans le joli ciel bleu et la canicule de l'année 2003…

Après les "enquêtes" menées par le Journal Franz Weber sur les objets volants non identifiés (OVNI), êtes-vous prêts à le suivre sur la voie des avions tissant une toile empoisonnée au-dessus de nos têtes ?

Les lecteurs pourraient s'interroger sur la finalité d'une telle mystification.

 

Anne-Marie Bérard, Paris, le 15 mars 2005

[1] Information sur le site http://prevensectes.com

[2] Article en allemand contestant l'existence des Chemtrails : http://www.uhlhorn-agentur.de/AgenturCMS/index.php?id=64

*******

"Allons, allons ! Economiquement, diplomatiquement, stratégiquement, ces arrosages ne sont simplement pas réalisables"

I. P., Genève, le 30 mars 2005

*******

"J'arrive de Val d'Isère. Les superbes traînées vespérales m'ont paru parfaitement naturelles"

S.H, Paris, le 31 mars 2005

*******

A propos de notre article sur les "chemtrails" nous confirmons qu'effectivement, le ciel de Montreux est sillonné de multitudes de traces d'avions à toutes les altitudes. Mais de là à les assimiler à une conspiration de l'OTAN...

Valse de jets sur le château de Chillon (le 23 juillet 2005)

 


contribuez, soutenez, adhérez : pafmag@pafmag.com


Fabricant et importateur d’eaux de vie, de liqueurs et de vin doux en Suisse




Pour toutes vos traductions spécialisées
- 01 42 68 18 14


Autour d'une fontaine, une table raffinée au coeur de Paris 8è

Copyright © 2005 PAFmag. All rights reserved.