TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)

LA REDACTION

L'ours et les plaideurs

Contactez-nous

  Le monde selon l'alcool
- Janvier 2006 : Le Roman des Jardin, Friterie-bar Brunetti, Philippe Margot...
- Décembre 2005 : Le veuvage des vins blancs, Olivier Todd, ex-Yougoslavie, Koktebel, Heather Ale...
- Novembre 2005 : L'ivresse selon Gabriel Bender et Georges Picard, haro sur Pernod-Ricard, Chanson Plus Bifluorée, et les rubriques du mois...
- Septembre 2005 : Paul Jimenes, N. De Rabaudy, Pasteur, Binge Drinking, Alimentarium...
- Août 2005 : Un Grand Cru, Hydroptère, Vaud, Vin, Vent, la colère du sommelier...
- Juillet 2005 : François Simon, Alain Mabanckou, le "Pink" de Listel, Véziane de Vézins, Vinalies, SIMEI...
- Juin 2005
: Vinexpo, soirée du rosé, Escapade Pétillante, Marathon d'Alsace, finale du concours "20 sur Vin"...
- Mai 2005 : Philippe Faure-Brac, Dominique Ambiel, concours, conférences et expos, potins, petites annonces...
- Avril 2005 : Petrus tourne au vinaigre, vodka et littérature russe, nos neurones sauvés par le vin, la fine justifie les moyens, rendez-vous divers...
- Archives
ÉCHOS DU MONDE QUI SAIT VIVRE : AVRIL 2005

Petrus : ça tourne au vinaigre

A 98 ans, la mémoire de l'usufruitière de Pétrus, Lily Lacoste est-elle capable de séparer le bon pépin de l'ivraie ? Souffre-t-elle de dyscalculie, une affection de la mémoire ? A-t-elle de bon gré cédé ses fabuleuses possessions aux uns et aux autres ? Un casse-tête pour les juges, une déprime pour une dame qui montre qu'à ce bel âge, on peut être très courtisée.

* Selon la dernière estimation du Grand Jury européen réuni à Venise, le Petrus vendu en moyenne 1900 euros aurait, si l'on s'appuie seulement sur le goût, une valeur réelle de ... 162, 19 euros.


"Le Dernier Amour du Président " (Andreï Kourkof)

Dans l’humour slave, le rire est plus profond que chez nous. C’est qu’il fait appel à des situations qui ne seraient simplement pas crédibles ailleurs, tant inimaginale est leur aspect dramatique. Ces situations ont pourtant, siècle après siècle, construit des êtres qui, loin d’être laminés (contre toute logique), sont prêts à tout, même au meilleur. On ne se bidonne pas dans l’humour slave. Le rire sourt au plus profond de l’être. Certes il émane du "bidon", comme le nôtre, mais plutôt côté côlon (associé chez nous, notons-le, à l’ennui !) que côté grêle.


« Le dernier Amour du Président »* est un montage magistral de situations drolatiques ou si dramatiques qu’on y cherche ce qui doit forcément prêter à rire. Au miracle passé en force par la diplomatie vaticane, on rit, évidemment. Au suicide conjoint du frère et de la belle-sœur, on cherche vainement le second ou le troisième degré ; peut-être faute de culture du drame.

La construction isocèle permet au lecteur de s’immerger dans trois périodes - dont deux sont les charnières de la transformation de l’Ukraine. Les chapitres relatent en effet alternativement les années insouciantes des Komsomols (1970-80), la phase business (2002-05) et… la démocratie (2013-15). On suit ainsi en parallèle le parcours du héros (devenu président de la République), le final révélant l’emboîtement en queue d’aronde des situations alternées.

Cependant la constante, tout au long de l’ouvrage, c’est l’acool. A chaque page, pratiquement. La vodka rafle la vedette, naturellement. Mais le cognac – surtout le Hennessy - , le porto, les vins de toutes origines, la bière, le champagne, le whisky trouvent tour à tour leur place dans un scénario qui, pour nous, coulerait de source même sans leur présence. Laissons à des gens plus compétents le soin d’interpréter la signification de cette ponctuation alcoolique.

Les multiples rebondissements ne sont évidemment crédibles que parce qu’ils sont localisés en Ukraine. Pensez donc : prévarications (et logements de fonction), corruption, trahisons politiques, chantage, mesquineries… tout cela est bien loin de nous. D’ailleurs, l’empoisonnement politique (ô combien prémonitoire dans cet ouvrage écrit avant les dernières élections) n’est même pas dans notre culture. A noter toutefois que le héros est aussi témoin d’engagements sincères.

"T con ou koi ? tu boi, ! tu condui pa !"

Slogan retenu par l'association des alcooliers "Entreprise & Prévention" pour une prochaine campagne contre l'alcool au volant

Le triple scénario a également le mérite de nous plonger dans un monde de slavitude que peu de nos compatriotes connaissent véritablement (même s’ils résident là-bas).

Bref, c’est cocasse, c’est trépidant et c’est parfaitement écrit en français (bravo au style de la traductrice). N’y cherchons pas la dimension du « Slynx »**, le chef-d’œuvre de Tatiana Tolstoï – roman d’anticipation médiévo-sibérien absolument délirant, fracassé et arrosé – ou de certains ouvrages de Kafka (drolatiques mais récupérés). Et la construction séduit plus que celle d'autres ouvrages ayant la vodka en partage : le voyage en banlieue, déjà ancien, de "Moscou-sur-Vodka"*** ou les tout récents « La Soif »**** (retour de Tchétchénie) et "Musulman" (retour d'Afghanistan) ; certes la vodka y sert de ferment... mais au premier degré.


Jean-Pierre Jumez

* Andreï Kourkof « Le Dernier Amour du Président » (Liana Levi)
** Tatiana Tolstoï "Le Slynx" (Robert Laffont)
*** Vénédick Erofeiev "Moscou-sur-Vodka" (Minuit)
**** Andreï Guelassimov « La Soif », Valery Zalotoukha "Musulman" (Actes Sud)

Merci à Jean-Paul Shefran et Géraldine Japy (librairie "Le Bouquetiniste" à Val d'Isère 04 79 06 98 04) pour leurs précieuses recommandations. De vrais libraires !


Pourquoi une bouteille de vin contient-elle 75 cl et non 1 litre ? La réponse est fournie par le Savour Club : le vin a toujours été transporté en barriques de 225 litres. Lors de la standardisation de la bouteille au XIXe siècle, le volume le plus adapté était alors de 75 cl puisqu’il donnait un chiffre rond : 225 litres égalent 300 bouteilles !


Annie Famose, prix Veuve Clicquot 2005

Ce prix est décerné les femmes chefs d'entreprise qui perpétuent l'énergie de la fondatrice éponyme (née Ponsardin) qui, se retrouvant veuve à 27 ans en 1805, reprend les rênes de la maison créée par son mari 33 ans auparavant.

C.Bonnefond et A.Famose
(photo DR/Veuve Clicquot)

Double médaillée de ski alpin aux J.O. de Grenoble, Annie Famose dirige aujourd’hui un groupe à son nom, spécialisé dans les activités de montagne (40 M€ de C.A.) : magasins de sport Skis-Shops (270 boutiques), restaurants d’altitude et école de ski. C’est à Avoriaz qu’elle s'est lancée, avec l'aide de son beau-frère Gérard Brémond (Pierres et Vacances). Le groupe Annie Famose est présent dans 130 stations, y compris en Suisse et en Andorre.


Les neurones sauvés par le vin rouge

Une équipe de l'Inserm publie ses conclusions dans la revue Nature Genetics. C'est le rescératrol, un polyphénol présent dans la peau du raisin rouge et des vins qui en sont issus, qui contribuerait à éviter la maladie de Huntington, une grave affection nerveuse et qui, accessoirement, pourrait expliquer le French paradox.


Le numéro 76 de "Le Rouge & le Blanc" vient de sortir

  • Au sommaire :
    Horizontale d'appellation : étude d'une A.O.C et dégustation comparative (Côte-Rotie - Jerez & Montilla-Moriles)
    Verticale de domaine : approche d'un terroir, d'un style, d'un vin (La Tour du Bon à Bandol - Le domaine de Rousset-Peyraguey à Sauternes - Le domaine Grameron en côtes du Rhone)
    Portrait d'homme ou de femme du vin : le vin à travers celles et ceux qui le font (Michèle Aubéry-Laurent : les raisins de la sagesse)
    Coups de coeurs, salons, livres et autres rubriques d'humeur...


La fine justifie les moyens

Un magnum de cognac Rémy Martin de 1874, "Louis XIII", en cristal signé Baccarat et orné de diamants, est proposé à la vente à 40.000 euros. Les rares exemplaires de cette série sont en vente à l'aéroport londonien d'Heathrow, sur le Queen-Mary II ou au Japon.

Le "Succession JS" de Courvoisier, produit à 2.000 exemplaires, est présenté dans un écrin d'acajou ouvré par des maîtres-artisans. Ce cognac est un assemblage d'eaux-de-vie de 50 à 100 ans d'âge issues d'une même propriété. Le coffret est vendu 3.000 euros.

Merci à Cognac-World pour l'info !


Un musée-découverte des vins d’Ardèche


Ludique et interactif, un surprenant site permet de découvrir et de déguster tout en s’amusant ! Nous sommes à Ruoms, au sein du musée-découverte des vins d’Ardèche appelé Vinimage.


A New York, l'enchère sied aux bordeaux

Sur les 17 milliards d'euros générés par les ventes de vins outre-atlantique, environ 60 millons sont attribuables aux ventes aux enchères, de plus en plus populaires auprès d'Américains assoiffés de bonnes affaires (NY Times, 2 avril 2005)


10è Concours des Vins du Sud-Ouest : le gaillac gagnant

200 dégustateurs ont testé 700 vins. Sur quatre gagnants, trois proviennent de Gaillac (dont l'appellation a été reconnue en 1970) :

- gaillac blanc perlé 2004 (caves de Labastide de Levis, 05 63 53 73 78)

- gaillac doux 2003, cuvée Octobre doré (Terroir de Lagrave, 03 63 81 52 20)

- gaillac rosé 2004 (Château Bouscaillous, 05 63 56 85 34)

Le quatrième mousquetaire est le cahors 2001 "cuvée Expression" (Château Lamartine, 05 65 36 54 14)


30 avril, clôture des inscriptions à Wine Women Awards

30.000 euros de prix à gagner pour ces dames. Le concours se déroule à Paris en juin.


23 avril : Challenge International du Vin

4800 vins issus de 35 pays ! De quoi fair perdre la tête aux 800 dégustateurs réunis à Bourg-sur-Gironde.


23 et 24 avril : Rendez-vous des Vins d'Origine

C'est à Blois que se tient ce salon qui cherche à adapter la filière aux besoins d'aujourd'hui.


20 avril : les viticulteurs ont le vin mauvais à Narbonne

Crise du vin : les professionnels sont à la fête et 10.000 viticulteurs le font savoir en défilant dans les rues.


17 & 18 avril : Journées nationales du livre et du vin

Au château de Candé, à Monts, sous l'égide de Bouvet Ladubay.

* A noter la sympathique apparition de Patrice Monmousseau, patron de Bouvet Ladubay, dans l'émission de Thierry Ardisson sur Paris Première, en compagnie de Jean-Claude Brialy et Claude Brasseur


Vinitaly à Vérone (Italie)

(du 7 au 11 avril)


De la friture sur la ligne (de démarcation)

Des tonnes de frites canadiennes avaient été commandées pour le 175è anniversaire de la Belgique célébré place Ste Catherine à Bruxelles en septembre prochain. L'Union Nationale des Frituristes (UNAFRI) s'est insurgée et a exigé que les frites belges soient à l'honneur, réclamant 7000 euros de subvention. La Flandre a accepté de verser 3500 euros, mais la Wallonie ne débloquera cette somme que si la moitié des pommes de terre sont arrachées à la terre wallonne.

"Certainement, Dieu est un très bon enfant d’avoir donné le vin à l’homme, Si j’avais été Dieu, j’en aurais gardé la recette pour moi seul."

(Théophile Gauthier)

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) - pafmag@pafmag.com


Fabricant et importateur d’eaux de vie, de liqueurs et de vin doux en Suisse




Pour toutes vos traductions spécialisées
- 01 42 68 18 14


Autour d'une fontaine, une table raffinée au coeur de Paris 8è

Copyright © 2005 PAFmag. All rights reserved.