TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)

LA REDACTION

L'ours et les plaideurs

Contactez-nous

  Le monde selon l'alcool
- Juin 2006 : Concert de guitare et de charité, Marina Vlady, Kenneth Cook, Michel Smith, Jérôme van der Putt, terroirs, top 50 mondial, les vins prennent de la hauteur..
- Mai 2006 : Surproduction, Gloria Montenegro, Vignobles d'Ile-de-France, ébriété Total, terroirs, Colin Clarke, urothérapie...
- Avril 2006 : A mort la Gueuse ! Histoire mondiale de la table, pour Sigmund Freud, le dossier noir du transport aérien, au-dessous du volcan, caféologie...
- Mars 2006 : Ciels changeants, menaces d'orage, la saveur du monde, les dernières nouvelles de la frénésie, un vin griffé Azzaro, label "sud de france"...
- Février 2006 : Toute honte bue à Outreau, la mort du vin, Bacchus sur ordonnance, Vengeance tardive en Alsace...
- Janvier 2006 : Le Roman des Jardin, Friterie-bar Brunetti, Philippe Margot...
- Décembre 2005 : Le veuvage des vins blancs, Olivier Todd, ex-Yougoslavie, Koktebel, Heather Ale...
-
Novembre 2005 : L'ivresse selon Gabriel Bender et Georges Picard, haro sur Pernod-Ricard, Chanson Plus Bifluorée, et les rubriques du mois...
- Octobre 2005 : Guide Mondial de la Gueule de Bois, charia américaine en Irak, Française à Riyad, G. Depardieu à la BBC, Sarko/Villepin...
- Septembre 2005 : Paul Jimenes, N. De Rabaudy, Pasteur, Binge Drinking, Alimentarium...
- Août 2005 : Un Grand Cru, Hydroptère, Vaud, Vin, Vent, la colère du sommelier...
- Juillet 2005 : François Simon, Alain Mabanckou, le "Pink" de Listel, Véziane de Vézins, Vinalies, SIMEI...
- Juin 2005
: Vinexpo, soirée du rosé, Escapade Pétillante, Marathon d'Alsace, finale du concours "20 sur Vin"...
- Archives
VOUS TROUVEREZ ICI LES RÉCENTS ÉCHOS DU MONDE QUI SAIT VIVRE


Un Bon Cru : préférez-lui une bonne cuite !

Vous prenez comme fil conducteur 1) une intrigue oenologique qui peut relever de l’actualité - une arnaque sur un vin de garage vendu à prix d’or aux nouveaux consommateurs asiatiques, 2) le cadre bien vendeur du Lubéron, 3) un cadre de la City éconduit ; vous obtenez un roman cousu de fil blanc.

Peter Mayle, c’est cet Anglais qui réside en Provence et qui a su s’en faire le chantre auprès d’un vaste public back home. On ne laisse pas tarir un tel filon.
Alors on y va. Non plus dans la cigale stéréotypée, mais dans l’enchaînement benoît de clichés. Le lecteur est en fait convié à une séance de daguerrotype, pimentée, il est vrai, d’invraisemblances limite prendre les lecteurs pour des idiots.
Le héros, qui roulait évidemment en BMW noire, se voit notifier le même jour, tenez-vous bien 1) son licenciement – il perd une situation colossale, 2) une lettre de notaire - lui annonçant qu’il hérite d’une propriété dans le Lubéron assortie d’un vignoble 3) et son bon ami le gratifie d’un chèque de 10.000 livres, comme ça, sans compensation particulière, juste en guise d’encouragement. C’est ce qu’on appelle une journée bien remplie.

Dès le lendemain, il quitte Londres qui regorge de nymphettes plus affriolantes les unes que les autres. En Provence, où le ciel est plus clément qu’à Londres – mais si ! mais si ! – il rencontre le surlendemain le notaire qui s’avère être « la plus belle femme qu’il ait rencontrée depuis des mois » …

Notre bon cru nous conduit ensuite dans une intrigue tissée autour d’un assemblage de Fanny, de cigales et de rosés, avec force descriptions – souvent redondantes – des atours du Lubéron.

Cela dit, le vrai sujet de cette fiction est intéressant. La mystification de l’investissement œnologique rejoint le problématique des faux tableaux. Où s’arrête l’art, où commence la spéculation ? Malheureusement, Mr. Mayle n’est pas Roger Peyrefitte ("La Vie Extraordinaire de Fernand Legros") et ce genre d’essais mérite une meilleure robe.

Certes nous mangeons des grenouilles. Mais de là à avaler des couleuvres… Mieux vaut une bonne cuite que ce « Bon cru ». Même le talentueux traducteur attitré des Editions du Nil, Jean Rosenthal, ne parvient pas à sauver l’ouvrage. Le correcteur, quant à lui, a laissé passer en fin de parcours des fautes de typo peu courantes chez cet éditeur. Mais on peut comprendre pourquoi il a baissé la garde.

Jean-Pierre Jumez

Un Bon Cru, Peter Mayle, Editions du Nil. Prix : trop cher.


L’ivresse de la vitesse

L’homme est incontestablement poète. A propos du prénom de son ex, il écrit : « Frédérique. J’aime ce prénom. La sonorité. Un mot long avec ses liants et sa rupture finale ouverte. … Mi-homme, mi-femme, dur et tendre. Avec le mélange des consonnes qui montent ou descendent, et les voyelles qui l’étirent, ce prénom s'inscrit à la fois dans le vertical et l'horizontal ».

Le vertical et l’horizontal. Telle est hélas la question. Normalement, un bateau évolue dans les deux dimensions horizontales. Mais notre poète voudrait le voir prendre ses ailes ! Oh, ce n'est pas que la lévitation maritime soit nouvelle! Les "raketas" infestaient lacs et fleuves soviétiques depuis belle lurette. Cela fait des décennies que l’on vole sur des cerceaux d'acier pour se rendre de Hong Kong à Macao ou autres îles exotiques.

A l’extrême droite et à l’extrême gauche : même avec l’ajout de puissants écrêteurs (amortisseurs), l'insoluble fragilité d’un assemblage en zigzag contraste avec la solide conviction de l'auteur

Mais avec l’Hydroptère, ce n’est pas pareil car s’il était relativement simple de faire jouer un couple de forces fixes (la propulsion et la sustentation), il n’en va pas de même avec un voilier. C’est même tout à fait différent. Il faut prendre en compte des forces multiples et souvent opposées en haut et en bas (dans le gréement et dans les "ailes" immergées). Et, si un équilibre est au final trouvé entre les composantes antagonistes, que se passe-t-il lorsque ce TGV prend de la vitesse, et qu'il heurte une lame qui le stoppe en pleine vitesse, créant des tensions insoupçonnables ?

Eh bien, c’est la tasse ! (nous voici enfin dans notre sujet).

 

« lorsque j’étais viré par la porte des comptables, je rentrais par la fenêtre des ingénieurs »

Le parcours d’un homme passionné est forcément passionnant. Sa force de conviction est telle qu’il séduit, avec l’appui systématique de feu Eric Tabarly, des personnalités pourtant peu portées sur les rêves chimériques tels que Serge Dassault (qui finira par baisser les bras) ou les patrons de EADS ou d’Alsthom.

Et cette force de conviction, il l'explicite : « Ce qui compte, c’est d’avoir accompli une œuvre ; je suis en quête ; une fois ce chemin parcouru, je pourrai aller autre part achever ma construction d’homme, après avoir poussé l’Hydroptère dans ses derniers retranchements ».

Alain Robert qui escalade à mains nues les plus hauts gratte-ciels, Sylvain Tesson qui marche seul du cercle polaire à Calcutta, Alain Thébault qui mène son projet contre vents et marées... ces hardiesses salvatrices tranchent sur la pleutrerie ambiante (y compris celle des "aventuriers" hélitreuillables). Même si nos héros trinquent, leurs déboires nous font boire du petit lait.

Sylvain Haibon

P.S. : En ouvrant une bouteille de « château-margot 94 » (sic) pour célébrer son record de vitesse de traversée de la Manche, l’homme confirme qu’il est plutôt tourné vers l’eau.

Pilote d’un Rêve. Alain Thébault. Flammarion. Prix en France : 18 euros


Vaud, Vin, Vent

18 juillet : un désastre cantonal

Le 18 juillet 2005, une tornade de grêle fulgurante s'abattait sur la Riviera suisse. En 5 minutes, plus de 5 millions de litres de vin étaient perdus. Quand on connaît l'aspect méticuleux de la viticulture vaudoise, très artisanale et peu mécanisée, on imagine la déprime. Sont essentiellement frappées les AOC chasselas calamin, dézaley, lutry, villette, épesses, saint-saphorin, chardonne et vevey-montreux.

Un fonds de secours viendra peut-être aider les sinistrés. Mais, prudence suisse oblige, seuls les intérêts générés par ce fonds peuvent être débloqués. (illustration : 24 Heures)

Sinistréees ou pas, le meilleur moyen de visiter les vignes du Vaudois - 2850 hectares - reste le Train des Vignes*, auquel les vignerons doivent d'ailleurs beaucoup. C'est en effet la mise en service de lignes souvent acrobatiques qui a désenclavé des parcelles autrefois isolées. Ce désenclavement a entraîné une modernisation de la viticulture. Auparavant, les ceps étaient laissés libres et sans attaches, plantés en gobelet. Aujourd'hui, la vigne se conduit surtout sur le fil et suit le profil du terrain. L'érosion est ainsi endiguée alors qu'auparavant, il fallait remonter la terre chaque hiver. Et les pentes sont rudes !

Le plus prestigieux dézaley, la Baronnie, classé grand cru vaudois, porte le nom de "Chemin de Fer".

A noter un superbe article de Pierre Thomas dans la revue des Chemins de Fer Suisses

Sally O'Goullow

* Le Train des Vignes entre Vevey et Puidoux-Chexbres

*******

A propos de notre article sur les "chemtrails" nous confirmons qu'effectivement, le ciel de Montreux est sillonné de multitudes de traces d'avions à toutes les altitudes. Mais de là à les assimiler à une conspiration de l'OTAN...

Valse de jets sur le château de Chillon (le 23 juillet 2005)


Un sommelier se fâche pour de bon

Dire que le monde du vin va mal, c’est asséner une vérité prévisible depuis un certain temps, mais que dire d'’un aveuglement, conscient ou inconscient, qui essaie de masquer le problèem sur l’air de « Tout va bien Madame la Marquise » ?
Devant toute situation posant problème, il faut, comme en médecine, d’abord poser un diagnostic pour définir le remède. Malheureusement, un faux diagnostic amène toujours un mauvais remède.
On fait porter la faute à la loi Evin. Non contestable sur le fond, elle illustre ce qu’on fait souvent en France : une mauvaise loi avec une bonne idée. Mais cette loi n’est pas tout.
Quelques vérités sont bonnes à dire :
- Pourquoi la France est-elle le plus grand consommateur de whisky au monde ?
- Pourquoi est-il presque impossible de boire un verre de vin digne de ce nom dans un bistrot français, verre de vin dont le prix est toujours supérieur à une bière ou un anisé et servi dans un contenant plutôt destiné à la promotion de la moutarde ?

- Pourquoi ai-je payé 15 euros en juin 2005 une demi-bouteille de Morgon dans un établissement plus que simple à 30 km du lieu de production ?
- Pourquoi est-il si difficile de trouver un riesling léger et guilleret en commandant une carafe ; vin de carafe, terme devant évoquer le plaisir de boire mais prenant actuellement une connotation péjorative surtout parmi le professionnels . Vous avez dit professionnels ?
- Pourquoi une étiquette de vin de Bordeaux (et d’ailleurs) affirme trop souvent « vieilli en fût de chêne » pour mieux nous asséner un coup (goût) de planche. L’habit fait-il le moine ?
La liste des "pourquoi" peut se conjuguer presque à l’infini. La réponse se trouve plutôt dans la revue vinique belge "In Vino Véritas" que dans les publications hexagonales laudatives. Ses éditoriaux savent dire les choses comme elles sont.
Les restaurateurs, le regard braqué sur le compteur des coefficients, auraient intérêt à se former à l’approche du vin ; les vignerons devraient être aussi fiers de leur vin d’entrée de gamme que de leur vin de prestige ; les sommeliers ont-ils une âme de missionnaire pour parcourir le désert des connaissances œnologiques des Français ? Ces Français qui pensent que lesdites connaissances œnologiques font partie de leur code génétique et qui donc dénigrent les autres. L’orgueil est mauvais conseiller...
Par exemple, nous sommes de âpres consommateurs de portos de bas de gamme en apéritif et ne connaissons de l’Italie que les fiasques empaillées !
Et pendant ce temps, nos voisins d'outre-Rhin servent les vins de carafe (encore eux) dans un verre digne de ce nom sur un petit plateau argenté.
Nous affirmons que nous avons les plus grands vins de la planète. Mais avoir de grandes écoles n’évite pas l’illettrisme d’une bonne partie de la population. Il nous faut des locomotives. Mais sans wagons, il n’y aura jamais de train.
... ...
Osons nous aventurer à nommer les vrais responsables de cette situation :
- le consommateur
- le professionnel du vin (toute la chaîne)
- le professionnel de la restauration

Les trois groupes savent-ils déguster ? Ou se contentent-ils de bouteilles aux écritures alléchantes ou décorées comme la poitrine d’un général soviétique ?
Le prix est-il le seul critère ?
... ...
Je goûte les vins depuis 1959. Mon parcours professionnel m’a conduit du bistrot au trois étoiles, de la limonade à la Romanée-Conti. Ce qui me permet de plaider pour le vin que je bois tous les jours, celui que je vais partager avec mes amis, celui qui ne contiendra pas de composants néfastes à ma santé, celui qui respectera celle de la Terre de nos successeurs , celui qui sera aussi à la hauteur de mes moyens financiers , celui qui est inaccessible aux snobs , en un mot, celui de classe moyenne pour les classes moyennes, ces classes appelées soi-disant à disparaître.
Tous les grands vins doivent être de bons vins mais tous les bons vins ne sont pas obligatoirement de grands vins.

A votre santé (au sens premier)

Jean-Marie Stoeckel
sommelier

Edito publié sur www.sommelier-france.org


France-Inter : des ordres venus d'en-eau ?

La frénésie anti-alcoolique se porte bien. Après une émission vespérale le 27 juin ("Alter Ego"), c'est un programme matinal qui a été dédié le 31 juillet à la grande cause nationale : "Interception" a poussé le boucon un peu plus loin en interviewant des enfants d'alcooliques ainsi qu'une mère dont l'enfant présentait des signes pathologiques à la naissance.

Question du docteur :

  • - Va-t-il mieux ?
  • - Oui, il est maintenant pratiquement rétabli.
  • - C'est grâce à votre décision d'arrêter de boire. Avez-vous d'autres enfants ?
  • - Oui Docteur. Deux autres dont l'aîné a 18 ans.
  • - Et vous buviez aussi lorsque vous étiez enceinte ?
  • - Oui, je buvais beaucoup de mousseux, comme toujours.
  • - Et vos aînés se portent bien ?
  • - Ils se portent parfaitement, Docteur.

Par souci professionnel, nous avons voulu réécouter l'émission sur www.franceinter.com (http://www.radiofrance.fr/chaines/france-inter01/emissions/interception2/). Mais l'émission est illisible, tant sur Mac que sur PC. Nous avons bien entendu écrit aux rédacteurs pour comprendre le problème. Sans réponse.

Justin PETIT-DERNIER


REPORTAGES SUR PLANETE TV

LE COGNAC, UN SECOND PARADIS

De Hong Kong à Londres en passant par Cognac, les amateurs témoignent de leur passion, les professionnels expliquent la production.

Le XVIIème siècle a vu naître la réputation et le commerce du cognac à l'échelle internationale. Aux raisons de ce succès, d'abord dordre géographique le climat doux, humide et le sol crayeux de la Charente, ont contribué les techniques de distillation et de commercialisation. Ainsi, les marchands néerlandais et anglais qui se sont intégrés dans la région, les Hennessy ou Martell, ont participé au développement du marché asiatique dès la fin du XIXème siècle. On remonte en bateau la rivière Charente jusquà Rochefort, pour découvrir les vignobles et visiter latelier dun tonnelier et dun maître-verrier, acteurs importants du processus. Car la commercialisation moderne, depuis 1850, est intimement liée à la mise en bouteille chez les producteurs, après le contrôle du vieillissement du cognac, alors quauparavant, il était conservé en fûts chez les négociants. Voilà comment les bouteilles et les étiquettes sont entrées dans la danse pour mieux séduire des clientèles différentes

05 Août 2005 à 17h05
06 Août 2005 à 10h40
11 Août 2005 à 17h10
13 Août 2005 à 23h25
17 Août 2005 à 17h15
21 Août 2005 à 13h40
23 Août 2005 à 17h10
29 Août 2005 à 17h05

WHISKY, LE DIABLE OU LE BON DIEU

Whisky ou whiskey ? Deux distillations ou trois ? Pour répondre à ces questions, direction l'Ecosse et l'Irlande, deux terres où les amoureux du whisky se livrent à une concurrence effrénée.

"C'est mieux qu'un homme !", disent les jeunes filles tandis que d'autres évoquent l'écrivain irlandais Joyce pour justifier leur amour du whisky. En tête de cette passion, deux pays rivalisent : d'un côté l'Irlande, de l'autre l'Ecosse. Situé à la huitième génération d'une famille de distillateurs dublinois, John Ryan proclame la supériorité de la production nationale : "Une distillation pour l'Américain, deux pour l'Ecossais, trois pour l'Irlandais". Conclusion ? Le dernier est le meilleur. Comment alors expliquer la suprématie de l'Ecosse sur le marché ? Par la prohibition américaine, bien sûr ! Dans le camp adverse, sur l'île d'Islay, un professionnel, entre deux séquences explicatives du processus de fabrication, évoque la fierté des humbles à réaliser le meilleur produit possible. Loin des querelles, une femme préfère célébrer la magie de cette boisson et nous invite à la savourer comme "une balade entre terre et mer".

05 Août 2005 à 16h10
06 Août 2005 à 09h50
11 Août 2005 à 16h15
13 Août 2005 à 22h35
17 Août 2005 à 16h20
20 Août 2005 à 13h25
23 Août 2005 à 16h15
29 Août 2005 à 16h10


 

Nouvelle génération d'alcotest
(ne manquez pas les expos du génial photographe bulgare Juri Tscharyiski)


B & B : ne pas confondre

Les Grands Vins de Gironde ont été condamnés pour avoir commercialisé du bergerac sous l'appellation bordeaux.


Vodka française : la conquête de l'Ouest

Les Grandes Distilleries Peureux s'apprêtent à distribuer en masse la Perfect 1864 aux Etats-Unis, une vodka haut de gamme : blés tendres de Brie et de Champagne, quintuple distillation, eau des Vosges... La distillerie hesdinoise Ryssen avait pour sa part étonné le monde en investissant le marché russe depuis une quinzaine d'années sous différentes appellations. Vendre de la vodka aux Américains, c'est pas mal. Mais vendre de la vodka aux Russes, il faut le faire !


Oeil pour oeil

Surpris en train de boire de l'eau, ce membre du PAF a été excommunié. Il a visiblement du mal à s'en remettre.


Vous en reprendrez bien un doigt ?

Détenu dans une prison californienne, ce végétarien a mordu dans un doigt humain qui était mélangé aux carottes de son plateau repas. Felipe Rocha réclame 75.000 dollars de dommages et intérêts au fabricant floridien de ce plateau surprise.


Accords Gourmands

Cette entreprise suisse vous envoie un coffret de vins assorti de recettes concoctées par un grand chef pour les accompagner.


Paris 8è : vite, c'est bon !

Une vraie cuisine (limite gastronomique), des prix raisonnables (pas astronomiques), un accueil rare (antinomique à Paris)... Bref, un éloge dithyrambique.

Pourvu que ça dure !

De bonnes frites présagent d'une bonne maison

Un conseil : le champagne Laurans - délice brut à prix doux - accompagnera parfaitement les plats - tous maison - y compris les frites (qui elles seules méritent le détour).

Le Mirasol, 18 rue Cambacérès (entre Saint Augustin et la Place Beauvau) ; déjeuner seulement, du lundi au vendredi. Tél. : 01 40 17 05 74 - de 12 à 20 euros hors boissons. Si vous déjeunez en terrasse, faites un détour à l'intérieur pour l'exposition permanente de peinture (en ce moment, René Travere)

Attention, le Mirasol a déjà été repéré par Mmmm


Cognac : hausse des besoins


Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac préconise une hausse de 130.000 caisses de la production de cognac cette année pour faire face aux demandes des marchés américain, russe et chinois. Les prix payés aux producteurs pourraient augmenter de 3 à 4%.


En Hongrie, l'étoile rouge n'est guère populaire

Et on comprend pourquoi. D'ailleurs, le code civil interdit toute représentation de symboles communistes ou fascistes.

Un vrai casse-tête pour la marque hollandaise qui souhaite pénétrer (aussi) ce marché...


25 août à Saint Tropez : l'art vient en mangeant

Ivan Hor est l'artiste aux trois "P" : peintre, poète, pâtissier. A l'hôtel Mistralées, il expose des oeuvres qu'on pourra dévorer autrement qu'avec les yeux (avec la complicité du chocolatier Jean-Louis Vaisseaud.


23 août : manif dans le beaujolais

L'association "Beaujolias tous ensemble" organise un rassemblement devant le siège de l'UVB contre la baisse imposée des rendements


 

3 août : Champagnes.fr revient au CIVC


Le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC) a finalement récupéré le nom de domaine champagnes.fr auprès de l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle). Cette décision s'appuie sur un arrêt de la Chambre Commerciale de la Cour de Cassation du 18 février 2004, précisant que l'appellation AOC Champagne est une appellation collective. A ce titre, Champagnes.fr ne peut être détenu par une société privée, d'où sa restitution au CIVC qui statutairement détient la capacité d’agir pour la défense de l’AOC Champagne. (Journal du Net)


Si vous passez vos vacances en Australie voici quelques foires aux vins significatives :

1 août 2005 Kiama
15 août 2005 The Royal Agricultural Society of Tasmania 2005 Hotel Grand Chancellor Royal Hobart
15 août 2005 New England
15 août 2005 Canberra Regional
17 août 2005 Rutherglen
19 août 2005 6th Hyatt National Riesling Challenge
19 août 2005 International Chardonnay Challenge
20 août 2005 Murrumbateman Cool Climate
26 août 2005 Riverland
26 août 2005 NSW Wine Awards
27 août 2005 Southern New South Wales


Petites Annonces (en partenariat avec Vinomedia)

Vends domaine viticole 01/07/2005 11200 lezignan-corbieres, à 10 km Cité de Carcassonne
- 4 ha 31 de vignes A.O.C
- 2 ha 18 de champs avec droits
- 0 ha 38 de landes A.O.C
- Cave+hangar sur 950 m2 constructibles
Beau terroir regroupé aux excellentes conditions culturales. Prix 170 000 €
Vous êtes intéressé par cette annonce ?

Terre végétale à emporter
78180 Montigny-le-Bretonneux
Donne 100 m3 de terre végétale dès aujourd'hui : Lotissement Hurpoix 3 - 78660 Ablis
Vous êtes intéressé par cette annonce ?

DESTOCKAGE
59380 BERGUES
NOMBREUX VINS A PARTIR DE 0,8O €
Vous êtes intéressé par cette annonce ?

Vends deux bouteilles de vin de Bordeaux
92110 CLICHY
1 : Chateau Haut Pailly Grand Cru de 1905
2 : Chateau Lussac Saint Emillion ( Domaine Larcher Père et Fils) de 1899 FAIRE OFFRE

Recherche mission de chargée de communication
75008 paris
Diplomée d'un 3 cycle en stratégie marketing et communication je recherche une mission dans la communication produit et développement des stratégies publicitaires du vin.
Vous êtes intéressé par cette annonce ?

Diplômée licence vins et commerce
68420 husseren-les-châteaux
recherche emploi région colmar, vente directe, commercial ou développement export dispo en septembre
Vous êtes intéressé par cette annonce ?

Propriété viticole à vendre
37530 Limeray
Région Amboise, vends propriété viticole 7ha, chais et matériel, disponible Novembre 2006
Vous êtes intéressé par cette annonce ?

PLATEFORME DE PRODUCTEUR - 31500 TOULOUSE
Nouvelle plateforme de producteurs toutes régions de france, propose aux cavistes la possibilité de commander sur plus de 20 domaines, au prix départ propriété sur leurs gammes de bouteilles, bag-in-box et vin en vrac, en bag de 200 litres (nouveau)
Vous êtes intéressé par cette annonce ?

"Boire du vin, c’est boire du génie"

(Charles Beaudelaire)

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) - pafmag@pafmag.com


Fabricant et importateur d’eaux de vie, de liqueurs et de vin doux en Suisse




Pour toutes vos traductions spécialisées - 01 42 68 18 14


Autour d'une fontaine, une table raffinée au coeur de Paris 8è


www.jours-feries.com

Où et quand fait-on la fête dans le monde ? 560 pays et états de 2000 à 2040

Copyright © 2005 PAFmag. All rights reserved.